news
artistes
catalogue
tours
médias
shop
contacts
les 10ans

votre panier est vide

radio

Ruines nouvelles
LE FLEGMATIC
Ruines nouvelles
Fi Dam
ZALFA
Fi Dam
Stances
MELATONINE
Stances

newsletter...

partager...

The Tremens Archive
subdivision expérimentale du label
Le blog We Are Unique Records
par les membres du label
Devenez
membre bienfaiteur du label
VIRGA
eidos
CD
12.00 €5.00 €

VIRGA

eidos

UR02 - 2002, creative commons nc nd

1antarctique
2Stakhanov
3Alter.go
4steinbock
5Enimia
6marneffe
7transpose
8arctique
Perdue entre electro, ambient et jungle la musique de Lionel Maravaldessine un univers étrange et abstrait. Ceux qui aimentautechre, pan sonic ou squarepusher apprécieront surementEidos.

téléchargements

antarctique

steinbock

transpose

revue de presse

pushlines

MAGIC #69 (MARS 2003)MAGIC #69 (MARS 2003)

Certains rythmes glaciaux se rapprochent ostensiblement du trip hop (Mezzanine, les élucubrations de Tricky), construits autour de boucles habiles, à mi-chemin entre une pop sombre et l'abstraction pure de l'electronica.

CODA (avril 2003, disque Coda Vital)CODA (avril 2003, disque Coda Vital)

Comme tout parait langoureux ici, intense. “Eidos”, son premier album, c’est un magma sonore brutal, fait de symphonies de saturations et de rythmes hip hop entêtants. Des comparaisons ? Il y en a peu : Techno Animal parfois, Pan Sonic pour les jeux d’étirements… on en redemande !

JADE WEBJADE WEB

De très beaux morceaux ; avec en point d’orgue le splendide Arctique (mister Koner) pour cette deuxième production du très intéressant label Unique records.

NOVA (disque du jour)NOVA (disque du jour)

Entre monde glaciaire et univers suburbain, on plonge comme dans une mélasse froide, dans ce plasma bizarroïde. Ambient, jungle, trip hop, laissez tomber les étiquettes!

SOIT DIT EN PASSANTSOIT DIT EN PASSANT

La qualité des samples, les petites trouvailles magiques et des boucles surréelles sont autant d’éléments qui font de Eidos un disque majeur et trop rare en France.

POTE à POTE (gratuit région parisienne)

Virga dessine à coups de machines nihilistes, un climat aux relents debordiens, avec le progrès et l’industrialisation comme thématique récurrente

BUZZ #66 (Mars 2003)

Ce premier album ravira tout aussi bien les amateurs de post rock que les amoureux d’électronica ou les fondus d’ambiant… comme un poète réussit à transcrire ses états d’âme particuliers grâce à l’écriture, L.Maraval parvient à exprimer judicieusement les siens par la musique, pourtant composée exclusivement de sonorités électroniques.

FEARDROP (été 2003)

Une véritable découverte …Métal corrodé, éclaircies brumeuses, crescendo électroniques, compression agrémentée de samples de musiques de films, l’aventure est mouvementée et les transports sont complets. On sait ce type d’exercice total assez rare pour ne pas s’y plonger les poumons pleins.

chroniques

CODA (avril 2003, disque Coda Vital)CODA (avril 2003, disque Coda Vital)12-04-2003

Avons-nous le droit d'écouter ce disque ? Devons-nous dénuder ce qui chez l'auteur semble des plus intimes ? Dès les premières notes, Lionel Maraval frappe par une singularité effrayante, sombre, faite de plaintes hallucinées et d'une rage retenue. Comme tout parait langoureux ici, intense. "Eidos", son premier album, c'est un magma sonore brutal, fait de symphonies de saturations et de rythmes hip hop entêtants. Des comparaisons ? Il y en a peu : Techno Animal parfois, Pan Sonic pour les jeux d'étirements, quelques souvenirs d'indus, des brides de hardcore et du Programme aussi (dans ce sentiment de chute et de perdition). Le résultat : obsédant, qui caresse puis frappe les tripes, presque dérangeant. Pourtant, nous, on est si bien là, intrus dans sa thérapie musicale. Car le Toulousain ne joue que pour lui, il donne des réponses à des questions que l'on ne connaîtra pas. Et presque honteusement, on en profite. Pire, on en redemande.
Damien Almira

MAGIC #63MAGIC #6315-03-2003

À mesure que l'on entre dans le siècle, se multiplient les disques post-rock ou post-electro qui officient dans la surenchère morbide, les atmosphères sépulcrales et gentiment apocalyptiques. Témoins ces deux rejetons aux noms ésotériques du label toulousain Unique Records. Plus subtil et complexe dans le maniement des ambiances, Eïdos de Virga multiplie les détours et les accidents, puisant dans le même vivier bruitiste tout en bâtissant des pièces de toute beauté. Certains rythmes glaciaux se rapprochent ostensiblement du trip hop (Mezzanine, les élucubrations de Tricky), construits autour de boucles habiles, à mi-chemin entre une pop sombre et l'abstraction pure de l'electronica. Le genre de disques dont on ne peut parler autrement qu'à travers les impressions saisissantes qu'ils suggèrent. Mauvais rêves en perspective.

Gilles Duhem

BUZZ (Mars 2003)

Supplié par le label toulousain Unique records pour enregistrer enfin ses compositions sur support discographique, Lionel Maraval, alias Virga, a livré il y a quelques temps le surprenant et néanmoins captivant Eidos. Sorti courant 2002 mais désormais distribué par La Baleine, ce premier album ravira tout aussi bien les amateurs de post rock que les amoureux d’électronica ou les fondus d’ambiant. Non pas que Lionel M. joue la carte de l’opportunisme calculé, mais parce qu’il a réussi à créer une atmosphère unique où il est possible de trouver tous ces styles. Ce qui est sur, c’est que les huit thèmes de Virga sont fortement teintés de noirceur, de mélancolie, parfois d’amertume, reflétant un certain mal de vivre de leur auteur. En effet, comme un poète réussit à transcrire ses états d’âme particuliers grâce à l’écriture, L.Maraval parvient à exprimer judicieusement les siens par la musique, pourtant composée exclusivement de sonorités électroniques.
F.Peyrot

NOVA (disque du jour)

Un mix entre Star Trek et la quatrième dimension. La bande-son improbable d'un film impossible qui ne correspond à aucun genre connu du troisième millénaire. Ce projet de Virga a été réalisé à l'aide d'un ordinateur, de quelques logiciels et d'un minidisc! Autant dire que tout le monde pourrait faire la même chose. Tout le monde, ou presque : pas aussi évident, vu le talent qui sous-tend ces nappes, ces beats parfois drum'n'bass, électrisés par l'emploi de sons qui donnent vie et font enfler les titres. Entre monde glaciaire et univers suburbain, on plonge comme dans une mélasse froide dans ce plasma bizarroïde. Ambient, jungle, trip-hop, laissez tomber les étiquettes.
RSC

FEARDROP (été 2003)

Cette deuxième signature du jeune label Unique Records est une véritable découverte. Derrière le pseudonyme de Virga se cache un jeune musicien français qui, s’il laisse transparaître quelques influences de style ( le breakbeat plombé façon Scorn, des gestes d’ambiant electro, des harmonies synthétiques cosmiques…) possède déjà une inventivité et un sens de la composition qui lui permettent de passer sans heurts d’une intensité dramatique à une poésie sombre ou à des explosions cinématographiques. La progression de l’album joue sur ces reliefs, comme sur un terrain accidenté aux zones dangereuses puis calmes et salvatrices. Partout, quelle que soit la fréquence des vibrations, on sent ce souci du gris qui est aussi la couleur de la pochette. Dans ce peu de lumière, c’est le toucher qui est sollicité, jusqu’à sentir la chair malaxée sous les coups de rythmiques sourdes et de leurs échos, puis massée par des drones allongés et tremblants, comme des plaintes de cordes. Métal corrodé, éclaircies brumeuses, crescendo électroniques, compression agrémentée de samples de musiques de films, l’aventure est mouvementée et les transports sont complets. On sait ce type d’exercice total assez rare pour ne pas s’y plonger les poumons pleins.
D.B.

TWICE # 22 été 2003

La douloureuse impression d’être comme un microbe avalé par un aspirateur industriel…Pas tout rose comme présentation, et pourtant c’est la première impression que j’ai eue, tant les morceaux s’enchaînent dans des bruits sourds, sombres, aux rythmes lancinants et efficaces, comme entendus de l’intérieur d’un sac à grandes oreilles. De l’ombre, il y en a partout ; du cauchemar électronique, c’est une évidence, effectivement. Et toujours cette possibilité d’avoir les atmosphères avant de créer son propre film, sur des plages évolutives et souvent longues : à remarquer « Steinbock » 14 minutes ambiant (effectivement, une atmosphère plantée sur une note se modifiant progressivement ou bien «Marneffe » (13 min) enregistré en bord d’autoroute, de nuit (plutôt glaciale) tranchant avec les autres titres beaucoup plus rythmés tendance Mezzanine de Massive Attack. Bel album au final assez déroutant, curieux, mais pour qui aime être surpris…
Clément Marchal

CE MOIS-ZI (fanzine papier de PAU)

Virga est le fruit du travail de Lionel Maraval, artiste singulier et exigent qui pratique une musique électronique sombre et mélodique. Il réalise ses compositions à l'aide d'un ordinateur, quelques samples, un mini-disc et beaucoup de finesse, mélange de trip-hop inspiré electronica et d'ambiant bien glauque. Un peu comme si Portishead était dirigé par un chef d'orchestre comme Angelo Badalamenti ! Sa musique avance à la manière d'un brise glace, avec ses nappes synthétiques, ses sons fragiles et lointains et ses beats énergiques.

« Eidos » fait parti de ces disques que l'on pourrait classer dans la rubrique « musique facile pour gens difficile ». Pour les amateurs d'expériences particulières, profondes et insolites, voici le disque adéquat.

INFRATUNES (DMUTE)

La pochette du premier album de Virga présente diverses nuances de gris, à l'image de la musique de ce Eidos, qui est comme une déclinaison monomaniaque de cette couleur musicale, dans sa diversité: gris sale et industriel, froid et métallique, gris sombre du bitume (Marneffe et son vrombissement de bolide sur l'asphalte), gris argenté le plus pur. En effet, avec un savoir faire impressionnant, Virga propose dans cet album un alliage de textures sonores riches et profondes, servies par des beats souvent lourds et paranoïaques, un peu comme si Massive Attack avait poussé la logique cauchemardesque de sa musique à son paroxysme, comme sur Enimia, trip-hop lancinant et polaire.
La longue plage Steinbock pourrait quant à elle faire penser à des Boards of Canada de la période glaciaire. Mais arrêtons là les comparaisons, car la musique de Virga dévoile un paysage musical extrêmement personnel, à la surréalité étrange, aux sonorités aériennes, subtelluriques et rampantes, comme si Eidos était la tentative ô combien réussie de mettre en musique toutes les couches de la matière, de la plus dense et compacte, à la plus éthérée. En résulte un album totalement à part, organisme sonore mutant au pouvoir hypnotique, réservoir intarissable d'intelligence musicale.
Je vous conseille vivement d'écouter cet album au casque, pour saisir au mieux toutes les richesses et les subtilités de cette musique à la fois abstraite, cérébrale et saturée de matière.
Imogen

POTE à POTE (gratuit région parisienne)

Monde neurasthénique et étouffant, asphyxié par une horde de pulsations mécaniques et de sonorités électroniques, Virga dessine à coups de machines nihilistes, un climat aux relents debordiens, avec le progrès et l'industrialisation comme thématique récurrente. "Eidos" nous plonge dans des sous-sols aux senteurs de soufre, aux cavernes mystérieuses, dans lesquelles se bousculent des stakhanovistes dépassés par le rythme suintant de machines fantômes.
Roland Torres.

INDIEPOPROCK

Six mois après l'excellent premier album de Lunt, le label toulousain Unique Records nous présente son deuxième artiste, en l'occurrence Virga. Si les styles divergent entre ces albums, les points communs entre Lunt et Virga ne manquent pas. Tout d'abord parce que, derrière Virga, se cache un seul homme, à savoir Lionel Maraval, mais surtout parce que les deux artistes se révèlent être de véritables experts en matière de "sculpture sonore". Ici ce sont des sons purement électroniques que nous propose Virga sur les huit plages de cet album aux atmosphères extrêmement variées. "Eïdos" est même davantage qu'un simple album d'électro, c'est un véritable voyage, un périple à travers les émotions et les angoisses de l'artiste. Le choix du premier titre, "Antarctique", n'est d'ailleurs pas innocent ; il marque en fait le point de départ de cette longue aventure sonore qui s'achève par "Arctique", une reprise renversée du premier morceau. Et entre l'antarctique et l'arctique, c'est une multitude d'atmosphères variées qui submergent l'auditeur. Les quatorze minutes de l'ambient hypnotique de "Steinbock" évoquent des membres de Labradford qui auraient laissé leurs guitares au placard ; "Enimia", ballade syncopée particulièrement envoûtante, mélange nappes industrielles et rythmes lancinant. Quant à "Marneffe" (jamais très éloigné de Squarepusher), il constitue un moment magnifiquement épique construits autours de longues montées d'adrénaline grâce à des beats de plus en plus puissants et rapides. Mais la force de cet album, c'est l'intégration d'influences variées dans un univers purement électro. Les samples jazzy enrichissent considérablement l'excellent "Stakhanov", la structure et l'énergie d'"Alter.go" évoquent parfois celles d'un morceau rock et on croirait presque entendre des guitares électriques sur le bouillonnant "Transpose".

Ce premier opus est d'une richesse absolument incroyable tant le panel de sons utilisés est varié. Chaque morceau possède une atmosphère et une âme propre pour aboutir à un excellent album cohérent et homogène. A recommander aux inconditionnels d'electro mais aussi aux popistes sensibles à la chaleur de certaines productions trip-hop (Dummy, Mezzanine, Come From Heaven, …).
Laurent et Wilfried G.

JADE WEB

Le projet est empreint d'une douce amertume qui trouve ses appuis dans le chant triste des boucles de samples atmosphériques. Étrangement urbain, le souffle des machines contient pourtant au cœur de ses micro-processeurs une bonne dose d'humanité. On pense bien évidemment aux références avouées de Virga, de Ruby à Portishead dans une veine spécifiquement acoustique mais on retrouve également un peu de la dynamique de Red snapper sur certains titres, voir Antenne ou Tricky (Stakhanov). Lionel Maraval croise au sein de sa galaxie nombre d'univers, de la drum'n'bass à l'industriel atmosphérique (le nocturne et passionnant Marneffe) en passant par l'électro body music (Transpose) avec une certaine élégance même si on préférera les morceaux les plus apaisés (le liturgique et spatial Steinbock), parce que les plus aboutis. De très beaux morceaux ; avec en point d'orgue le splendide Arctique (mister Koner ?) pour cette deuxième production du très intéressant label Unique records.
Julien Jaffre

SOIT DIT EN PASSANT

VIRGA, ou comment faire remixer SILO et COUCH par AUTECHRE ou inversement. C'est à dire comment marier une sorte de post rock punk instrumental à l'electronica. Là on certains butent sur le froideur et le manque d'imagination, VIRGA réussit le tour de force de donner vie à une musique abstraite mais directe, une musique sans repère mais forcément parlante. La qualité des samples, les petites trouvailles magiques et des boucles surréelles sont autant d'éléments qui font de Eidos un disque majeur et trop rare en France.
Quentin Deve

A DECOUVRIR ABSOLUMENT

Si vos vacances hivernales sont compromises, Virga et son Eidos vous propose une ballade métallique et extraordinaire.

Dans la multitude de logiciels qui se vendent, il y a un qui émerveille souvent. Cet atlas vivant permet de survoler un territoire d'un point à un autre. Le plaisir aurait été total si les concepteurs avaient pensé à y inclure une musique. Mais auraient ils trouvé de quoi faire. Avec Virga la lacune est comblée. Véritable fuite en avant dans un désert de métal et de glace, Virga aligne des horizons multiples, obligeant l'auditeur à un voyage perpétuel. Paysage glacial qui se répond ; Antarctique est un vent violent et perturbateur qui se répondra par la suite. Une inquiétante visite au milieu de nulle part, du quel un écho de fantôme arrive. Une inquiétude naissante comme sur Stakhanov, au rythme lourd et martial, déluré par un gimmick " jazzy ". Un trip hop plombé de l'intérieur mais à la finesse du ciselage. Comme le survol d'un village joyeux d'après pilonnage, car derrière tout cela, reste la lumière et la joie, l'utilité de jouer avec son corps. Alter Ego, trans étourdissante et malade défoulera l'être de façon hypnotique et cassante. Impressionnante mise en perspective du tribalisme de cette musique. Vite le voyage reprendra (Steinbock) au-dessus d'une plage métallique à l'horizon lointain suscitant le désir d'y voir plus. C'est une longue dérivation tectonique dont les fragments ne s'isolent jamais du reste. N'en reste pas moins l'inquiétude que ce long survol ne se termine par un crash apocalyptique, crash rendu impossible car sur (Enimia) des ailes nous sont poussées, singeant l'albatros sans la moindre plumes. Le retour à la civilisation (Marneffe) se fera alors dans la douleur d'une route, nous rappelant qu'en bas de voitures et des hommes vivent, s'accordant que rarement le droit de rêver d'absolu et au grand frisson du vide. Alors la nature et l'eau auront beau essayer de reprendre le dessus, en bas la cause est entendue, la fin est proche, et sa seule échappée c'est son spectacle spectral du haut des cimes. L'explosion n'en sera que plus libératrice, en bas on rase gratis. Chez Virga on a depuis longtemps quitté ce monde, alimentant des désirs intérieurs par un survol les yeux fermés. Un atlas de rêve.
Gérald De Oliveira

MERRY GO ROUND

Marcher de nouveau sous la neige, par un temps glacial, et sentir les grands frissons courber l’échine, les bourrasques de vent foncer droit sur le visage, le verglas qui craque sous les chaussures. Pas de carte, pas de boussole. Perdu dans un univers de glace qui résonne à l’infini, dans lequel l’unique souffle qu’on perçoit, les seules caresses auxquelles on a droit sont le fait des vents glacés. A peine quelques pas dans l’Antarctique de Virga donc, et déjà la température ambiante a fait une chute spectaculaire sous le degré zéro, son milieu naturel. Ici ne subsistent que des paysages désolés, abandonnés par l’être humain, où seules la nature et ses accès sauvages semblent s’exprimer dans le temps à travers des cris électroniques et des murmures ambiants.

Pris dans les tempêtes electro d’Eïdos, Lionel Maraval réapprend donc les gestes quotidiens sous un climat hostile et déserteur, seul avec ses machines désincarnées. Ce n’est pas un hasard finalement si son premier album s’ouvre et se ferme aux deux points les plus isolés du globe : tout ici tend vers les ambiances extrêmes, les contraires qui s’affrontent et s’aimantent sans cesse, sans autres témoins ni lumières que les machines qui avancent d’un point à l’autre, comme sur un parcours figé, vers un inconnu glacial dont l’horizon ne se dévoilerait que pas à pas. De l’Antarctique à l’Arctique, Virga survole ainsi le monde sans se poser : quitte à en découvrir les entrailles, il préfère de toute façon en explorer les profondeurs obscures plutôt que la surface. Pourtant quelques traces d’humanité résistent aux atmosphères noires et oppressantes qui se déploient ici : des bribes de musique de films, des dialogues épars, quelques airs de jazz ou d’autoroute, voire même quelques battements cardiaques qu’on entend au loin, à travers les échos synthétiques, les rythmiques torturées et les plages aliénées d’Eïdos.

Avec ces quelques repères familiers qui apparaissent au détour des chemins sombres et parfois industriels de Virga, la solitude n’en gagne pas moins du terrain. Et la peur de se savoir perdu sans espoir de retour, plus encore. Sur Eïdos, Lionel Maraval fait le tour des tourments humains en suivant les lignes de son clavier d’ordinateur : un voyage intérieur muet, vers un ailleurs synthétique qui n’est peut-être qu’un gouffre béant de plus, dont il explore aujourd’hui les reliefs escarpés, les passages les plus terrifiants sans trop pouvoir souffler. Un air de toute façon désolé, froid et imprégné au plus profond par les parois givrées de Virga, auquel on s’agrippe cependant pour ne pas sombrer.
Jérôme Olivier

CLARKNOVA

VIRGA alias Lionel MARAVAL va bousculer votre conduit auditif voir même vos synapses. EÏDOS est une installation sonore urbaine complexe. Pas réellement de style, du tempo DUB « STAKHANOV » qui est bousculé par un sample de musique charleston. La composition évolue lentement avec d'infimes mais judicieux arrangements qui vous submergent insidieusement « ALTER.GO ». « Steinbock » apporte la première réelle évolution, avec un titre ambient tout en vibration analogique, une recherche à la ENO froide, distante mais en opposition avec les nappes voluptueuses qui petit à petit se transforment en infra vrombissantes. C'est un travail tout en déconstruction que propose VIRGA. « EÏDOS » est une recherche géométriquement instable qui fait toute la différence là où certains s'arrête à la ligne droite. Avec une fonction boucle sur votre chaîne hi-fi vous comprendrez mieux le concept « Antarctique-Arctique ».
Francisco le rouge

MAGICBOX

Définir la musique de Virga relève de la sinécure. On pourra tenter de le décrire via une image pour en restituer la teneur de nos sensations : « eidos » est un diamant noir, profond, opaque, glaçant et lisse, mais à y regarder de plus près à plusieurs facettes. Même dans ses moments les plus claustrophobiques, un sample de musique classique viendra nous amener une salvatrice bouffée d’air pur. On pourra aussi cerner le travail de Lionel Maraval, celui qui se cache derrière le pseudo, par des références, quitte à paraître intellectualiste. Post-electro ? Abstract Indus ? On se dit vite que le terme idoine n’a pas encore été découvert. On l’aurait qualifié de « constructivisme » dans les années 20 : Virga ou le perpétuel combat de l’homme avec et contre la machine. C’est vrai qu’un morceau comme Stakhanov ou Alter.ego aurait pu servir de support au film-manifeste « l’homme à la caméra » de Vertov : Maraval seul dans son antre, martèle ses beats comme d’autres assemblent les machines à la chaîne. D’autres moments comme la longue variation synthétique Steinbock rappelle les BO des films de Carpenter, s’inscrivant dans une lignée voisine des récents Arca ou Bathyscaphe. Sur Marneffe, Maraval triture le sample de « painful » de Sin rendant minéral les boucles de guitares. Cet album est définitivement difficile d’accès – même s’il est moins inbittable que cette chronique – mais il n’en demeure pas moins ultra-intéressant car porteur d’une vraie démarche artistique. De toute façon, il n’y a que le premier pas qui coûte, mais c’est à vous de l’effectuer.
Denis Z

POSITIVE RAGE

À l'écoute de ce "Eïdos", on baigne dans une musique créée entièrement sur ordinateur. Cela va du trip-hop tendance Portishead à des rythmes plus Trans ou, à l'inverse, carrément ambient, et tout du long, l'ordinateur semble être l'unique interlocuteur. Du coup, quand Virga s'essaie au trip-hop, s'il trouve bien une base intéressante, le morceau ne prend pas par manque d'ambiance ou de force mélodique. On tourne trop rapidement en rond. Peut-être aurait-il besoin de s'entourer d'autres musiciens pour agrémenter ces rythmiques ? Il trouve plus sa place dans une techno trans plus exacerbée (Alter.go) que l'on verrait bien exploser les enceintes de certaines rave party. Malheureusement, ce n'est alors pas trop mon délire. Mais Virga s'attaque aussi à des compositions plus ambient. Les sons sont alors intéressants et la démarche assez extrême, et c'est sans doute cet aspect, citons "Steinbock", qui me touche le plus. Au final, si l'ensemble reste surtout trip-hop, on garde la ferme impression que Virga se cherche encore un peu, et qu'il aurait peut-être dû, malgré d'excellentes idées et certains morceaux réussis, attendre une plus grande maturité avant de sortir cet album. Le résultat aurait sans doute été plus à la hauteur de ses capacités.
[mg]

POPINGAYS

Supplié par ses amis d'enregistrer enfin ses œuvres torturées, Lionel Maraval livre sous le nom de Virga son premier recueil d'ambiances eidétiques. Mieux vaut être averti, cet album propose un niveau de recherche sonore que certains pourront trouver extrémiste, voire terroriste. Les vagues sonores se succèdent, angoissantes et houleuses. Sans jamais laisser entrevoir un repère familier, " Eïdos " nous plonge au plus profond de l'univers intime d'un artiste sombre et tourmenté. Lorsque la traversée de l'océan hostile s'achève, on se découvre pourtant serein et on s'interroge : est-ce la satisfaction du beau voyage ou la joie de retrouver la terre ferme ?
Gepetto

CAFZIC

Un disque de toute beauté ! La musique de VIRGA n'est pas forcément faite pour propager la joie, elle n'illuminera donc pas votre vie à moins que le froid, la noirceur des longues nuits d'hiver ne provoquent en vous paradoxalement un sentiment presque parfait de bien-être. Faites de boucles intenses, de passages parfois langoureux, sensuels ou lourds et inquiétants, les compos donnent l'impression de voler au ras du sol dans un univers où se mêleraient animaux hystériques, lutins malfaisants et décors somptueusement inquiétants. Au niveau sonore, on se rapproche souvent du trip hop, d'un électro féerique, et d'une pop enfin libérée de son trop plein de naïveté, j'aime beaucoup « Eïdos » et je vous le recommande.

ESPECIAL 35 (Chili)

Siguiendo con la estructura del sello, Virga nace en una sala de clases específicamente, a base de un computador, mini disc y otros instrumentos, cuyo principal creador es el señor Lionel Maravel. Esté, es un disco que realmente está lleno de contenidos sonoros Post - electrónicos, si se trata de entregar una comparación, se puede decir que en pasajes, puedes encontrar similitudes con trabajos de Pan Sonic, entre otros. En resumidas cuentas, contundentes sonidos sucios, que te van envolviendo a medida que va transcurriendo el disco. Sin duda que esté disco se ha convertido en uno de mis favoritos, producto de la frescura con el que fue hecho y el climax sonoro que produce.
Alvaro Daguer

ireallylovemusic.co.uk

Different for unique records, this comprises of heavy electronic beats, processed basslines. Intense mood music. a soundtrack to a disturbing film. Opener 'antarctique' is an excellent mood creator, headphones, as per advised on the cover are essentialthere is a lot in the detail of the sonics. a great start. 'stakhanov' has a heavy beat . with the drums sounding far more real .. giving a real band feel, a dark triphop meets john carpenter. intense. despite the 1940's big band sample buried in the mix. excellent. 'alter.go' .. more of a dance groove going on .. industrial acid house techno. scary. doom laden. if i was still angst ridden 18 year old this would be my chosen soundtrack. Where the album unfortunately falls down are the overlong ambient epics ('steinbock,'marneffe'), the 2 tracks are 25 mins in total and dont sit well in the albums flow. coming on like a cross between the orb and klf but without the humour or melodic passages. cars pass, birds twitter, general real world noises interact with strange elctronic pulses, but for me these drift on to long and dont engage the listener enough to justify the lengths. Next up is 'aenimia' a screeching electro noisefest .. return of the big drum beats, and doom laden chord structures. pounding .. bassthrobs. very yummy, as is 'transpose' incorporating industrial noise loops. front 242/skinny puppy immediately spring to mins, and to add to the old school industrial throwback there are more vocal samples added to a pounding techno beat. intimidating. Some very interesting noises and sound collages make this quite special though the listener will need to dig out some light relief songs in order to recover.
Mark E

MOONPALACE

Sin duda alguna, éste es el disco más áspero que ha editado Unique Records en su corta existencia. Realmente es muy difícil de digerir esta ensalada de música electrónica aliñada por el espíritu inquieto, anti-comercial y anti-todo de Lionel Maraval. Los ingredientes principales: ambient (post-ambient, squizo-ambient...) y trance (emo-trance, psico-trance, post-trance...). Empachante.
Morgan
©credit

FF | IE | Chromeyisahn.com   2011-2019