news
artistes
catalogue
tours
médias
shop
contacts
les 10ans

votre panier est vide

radio

Ruines nouvelles
LE FLEGMATIC
Ruines nouvelles
Fi Dam
ZALFA
Fi Dam
Stances
MELATONINE
Stances

newsletter...

partager...

The Tremens Archive
subdivision expérimentale du label
Le blog We Are Unique Records
par les membres du label
Devenez
membre bienfaiteur du label
MELATONINE
décembre est un samedi
CD
12.00 €10.00 €

MELATONINE

décembre est un samedi

UR15 - 2007, copyrights

1janvier 00:00
2lons
3hurkst
4cette fois encore
5v.o.
6180000 Terminaisons Nerveuses
7le décompte
8Rock Prog's
9Les Artères Du Dimanche
10décembre est un samedi
11e.l.e.v.e.n
Ce nouvel album de Melatonine, toujours produit par Gilles Delès, voit le groupe retourner aux sources de leur musique. Très brut, très rock, très noisy, les morceaux emportent tout sur leur passage. Le groupe est sidérant de maîtrise, de précision, et donne qu’une envie : de les voir en live. Post-rock, math-rock, emo-rock…appelez ça comme vous le voulez mais Melatonine en est son meilleur représentant français.

téléchargements

hurkst

Rock Prog's

revue de presse

pushlines

Les Inrockuptibles N°585 (13 Février 2007 )Les Inrockuptibles N°585 (13 Février 2007 )

On a beau connaître par cœur les plans de vols vertigineux du post-rock – cette succession de piqués, chandelles et vols planés –, on demeure parfois sujet à quelques vertiges et chocs corporels, quand la délicatesse des arrangements se fait soudain emporter par un tsunami d’électricité en pelote, brutale et athlétique. C’est ce jeu physique, cassant, métallique, au bord de l’apocalypse, qui sauve régulièrement Melatonine des petites recettes dociles du post-rock : visiblement, les Messins préfèrent aux simulateurs de vol, tellement courus chez les disciples de Tortoise ou Mogwai, l’ivresse et les frissons glaçants du vol libre.

MAGIC (Mars 2007)MAGIC (Mars 2007)

Toutes les particularités du rock instrumental et cyclothymique se retrouvent chez Melatonine, mais on sent l’avidité du groupe à réinvestir non seulement le terrain, mais aussi à le faire sans péremption, avec énergie et mesure, comme ses aînés de Mogwai entendus une dernière fois au tournant du siècle. La démarche n’a pas varié d’un iota : des morceaux en forme de bouchon de champagne qui résistent tant bien que mal à une pression de plus en plus convulsive, jusqu’à ce que l’ensemble valse en direction du plafond. Pourtant, l’approche de ce groupe français est plus intuitive. Ni les principes d’une architecture savante, ni la morgue des premiers de la classe certains de créer un art sérieux puisque austère, ne viennent compromettre les beautés d’un troisième album qui opte pour un jeu collectif.
Julien Welter •••••°  

ROCKSOUND (Février 2007)ROCKSOUND (Février 2007)

Plus glauque que Mogwaï, moins aérien et épique que Pelican, Décembre est un samedi se situe dans un catégorie musicale où les groupes doivent commencer à se sentir sérieusement à l'étroit, celle dans laquelle on accole le préfixe "post" (hardcore, rock, métal...tout ce que vous voudrez)… Quoi qu'il en soit, les Messins viennent de nous pondre leur meilleur album à ce jour, et un grand disque du genre.
RP – Note : rrrr (super)

DMUTEDMUTE

Là où certains éprouvent l’endurance de l’auditeur, singeant les maîtres du genre avec des compositions interminables, répétant leurs motifs ad nauseam, Melatonine a l’intelligence de la concision, d’une compacité qui met en valeur le caractère éminemment dynamique de ses morceaux. Dynamique en son core, Décembre est un samedi est un album de post-rock dépressionnaire, de rock bruitiste qui ne force pas sa nature cyclothymique. Melatonine nous épargne contrairement à d’autres la grandiloquence qui tourne à vide, plus enclin aux climats subtils qu’aux paysages monumentaux inaccessibles. Le trio ne surjoue jamais le post-rock, mais le rejoue à sa façon, misant sur l’intensité combinée des trois instruments, qui trouvent ici, à travers des alliages sonores puissants, un équilibre nouveau.

FROGGY'S DELIGHTFROGGY'S DELIGHT

Sur ce troisième album du trio de Metz, tout commence par la fin du monde, objectivement un arpège de guitare sur, qui monte en langueur, dans la grande tradition du post-rock qui se conçoit comme un film d’horreur…Melatonine introduit 2007 avec l’un des meilleurs albums de post-rock, aux cotés de Apse, trio mystique américain…Seul un groupe de province est capable de tenter l’improvisation en forme de BO. Et réussir même, à faire rêver l’auditeur sans se soucier de la marque de sa veste en cuir. Si décembre est un samedi, souhaitons à Melatonine que 2007 soit une voyage en première classe. Vers une reconnaissance encore plus large sur l’autobahn du succès.

AUTRES DIRECTIONSAUTRES DIRECTIONS

Décembre Est Un Samedi est parcouru de long en long par une incroyable tension. La rage est ici mise en exergue. La déflagration sonore est portée en point d’orgue. Ce nouvel album, de nouveau publié sur le label toulousain Unique, porte en lui les gènes d’une colère froide, de celle qui sied si bien aux gens qui savent qu’ils ont raison…Les compositions instrumentales sont directes, elles percutent l’auditeur, le chahutent, le brinquebalent, le triturent, le jettent, l’empoignent…L’intuition semble guider des compositions qui s’affranchissent du format, des carcans et se déroulent au gré des humeurs du trio, sans calcul ni retenue. A mille lieues d’un quelconque exercice math-rock rébarbatif, Décembre Est Un Samedi est animé par un souffle de liberté.

OCTOPUSOCTOPUS

L’unité de "Décembre est un samedi", troisième album de Melatonine, tient à son fil tendu, voir distendu par une alchimie rythmique qui bien souvent trouve une issue dans la fureur ou le dénuement post-rock. Un disque qu’on pourrait qualifier d’intemporel tant il convoque des codes toujours plus troublés par des hésitations rythmiques (d)étonnantes.

EH LES VILAINSEH LES VILAINS

Le deuxième album de Melatonine signé chez Unique Records risque d’en ébranler plus d’un. Son flottant qui cingle, instrumentales sur le fil, Melatonine s’annonce comme l’alternative française et planante à Mogwaï… Le post-rock de Melatonine s’admire comme une avancée dans la mer électrisée.

A DECOUVRIR ABSOLUMENT (G. De Oliveira)A DECOUVRIR ABSOLUMENT (G. De Oliveira)

C'est certainement avec une horloge biologique calquée sur les rotations de la terre que les Metzins ont échafaudé ses titres à la retenue stupéfiante dans les longueurs. Loin de ce qui faisait le fondement même du post rock, Melatonine raccourci les temps, tranche dans le vif et donne à ses offrandes une couleur à la fois sombre et alerte… Sans abandonner sa marque de fabrique, Melatonine s'en éloigne certainement, se donnant la possibilité de revoir le jour de façon plus élastique un soir d'été. Pour le moment c'est l'hiver, et le réchauffement climatique n'est pas pour maintenant, mais les tourbillons sont eux du mouvement.

MAGICBOXMAGICBOX

Le groupe de toutes les manières - et c’est là tout son art - alterne court circuits électriques (où s’il y avait du chant, cela ressemblerait à Shellac) avec des long circuits où le groupe emprunte les montagnes russes (Janvier 00.00 ou le finalement bien nommé Rock prog’s). Le groupe arrive surtout à retranscrire sur disque ce qu’il dégage sur scène. C’était son challenge de départ et c’est réussi.

chroniques

LES INROCKUPTIBLES #585LES INROCKUPTIBLES #58513-02-2007

Le rock montagne russe de Messins hardis 
La mélatonine a longtemps été considérée aux Etats-Unis, où une version synthétique de l’hormone est en vente libre, comme la pilule miracle, le cachet du bonheur : un régulateur de sommeil, d’humeurs, de libido… La mélatonine permet ainsi de passer sans paliers de décompression de l’hyperactivité au sommeil paisible : les guitares de ce groupe messin en ont à l’évidence ingurgité des tubes. On a beau connaître par cœur les plans de vols vertigineux du post-rock – cette succession de piqués, chandelles et vols planés –, on demeure parfois sujet à quelques vertiges et chocs corporels, quand la délicatesse des arrangements se fait soudain emporter par un tsunami d’électricité en pelote, brutale et athlétique. C’est ce jeu physique, cassant, métallique, au bord de l’apocalypse, qui sauve régulièrement Melatonine des petites recettes dociles du post-rock : visiblement, les Messins préfèrent aux simulateurs de vol, tellement courus chez les disciples de Tortoise ou Mogwai, l’ivresse et les frissons glaçants du vol libre.
Simon Triquet

MAGIC (Mars 2007)MAGIC (Mars 2007)05-03-2007

Toutes les particularités du rock instrumental et cyclothymique se retrouvent chez Melatonine, mais on sent l’avidité du groupe à réinvestir non seulement le terrain, mais aussi à le faire sans péremption, avec énergie et mesure, comme ses aînés de Mogwai entendus une dernière fois au tournant du siècle. La démarche n’a pas varié d’un iota : des morceaux en forme de bouchon de champagne qui résistent tant bien que mal à une pression de plus en plus convulsive, jusqu’à ce que l’ensemble valse en direction du plafond. Pourtant, l’approche de ce groupe français est plus intuitive. Ni les principes d’une architecture savante, ni la morgue des premiers de la classe certains de créer un art sérieux puisque austère, ne viennent compromettre les beautés d’un troisième album qui opte pour un jeu collectif. Signé chez Unique records d’où est provenu la révélation de The John Venture, Melatonine est un groupe dont l’ascension aura été falsifiée par l’intrusion sur la scène française d’un homonyme. Quel est donc ce monde qui rétrécit au point que deux formations choisissent de se baptiser du nom d’un produit régulateur naturel du sommeil ? Un monde où l’on trouve des garçons prêts à en découdre avec un genre souvent relégué dans les dossiers classés de l’histoire. Cette attitude est moins le fait de ses détracteurs que de ses représentants émérites, soucieux parfois de ne pas voir une concurrence agile briser des records vieux d’une décennie. On ne peut décidément faire confiance à personne, mais grâce à une érudition qui n’en étouffe pas pour autant la vivacité d’esprit et une touche plus rétro que passéiste, Melatonine semble prêt à affronter les pires bourrasques.
Julien Welter •••••°

ROCKSOUND (Février 2007)ROCKSOUND (Février 2007)

Plus glauque que Mogwaï, moins aérien et épique que Pelican, Décembre est un samedi se situe dans un catégorie musicale où les groupes doivent commencer à se sentir sérieusement à l'étroit, celle dans laquelle on accole le préfixe "post" (hardcore, rock, métal...tout ce que vous voudrez). Pourtant, impossible de dire en quoi et où précisement, mais Melatonine se distingue habilement de ses petits camarades de palier. L'expérience peut-être (cette galette est son troisième album) ou sa propension à éviter d'en faire des caisses, à moins que ça ne soit simplement leur talent de composition qui saute aux oreilles. Quoi qu'il en soit, les Messins viennent de nous pondre leur meilleur album à ce jour, et un grand disque du genre."
RP
Note : rrrr (super)

AUTRES DIRECTIONSAUTRES DIRECTIONS25-02-2007

Le temps n’y a rien fait. Depuis la parution en 2003 d’un album rageur, Les Environnements Principaux, Melatonine n’a pas faibli, n’a pas failli. Décembre Est Un Samedi est parcouru de long en long par une incroyable tension. La rage est ici mise en exergue. La déflagration sonore est portée en point d’orgue. Ce nouvel album, de nouveau publié sur le label toulousain Unique (mais cette fois-ci dans un tout autre registre que The John Venture ou Angil), porte en lui les gènes d’une colère froide, de celle qui sied si bien aux gens qui savent qu’ils ont raison. Le trio messin revient ici à un format plus court, porté par la dynamique établie par le triumvirat basse/guitare/batterie. Les compositions instrumentales sont directes, elles percutent l’auditeur, le chahutent, le brinquebalent, le triturent, le jettent, l’empoignent. Si sur leur précédent album Melatonine laissait transparaître quelques déviances électroniques et synthétiques, Décembre Est Un Samedi n’est fait que de matières organiques sauvagement électrisées, résolument rock. L’enregistrement réalisé en compagnie de Gilles Deles de Lunt parvient ainsi à saisir toute la spontanéité qui anime le groupe. L’intuition semble guider des compositions qui s’affranchissent du format, des carcans et se déroulent au gré des humeurs du trio, sans calcul ni retenue. A mille lieues d’un quelconque exercice math-rock rébarbatif, Décembre Est Un Samedi est animé par un souffle de liberté.
Denis Frelat

FROGGY'S DELIGHTFROGGY'S DELIGHT16-03-2007

"La mélatonine, appelée aussi hormone du sommeil, est l'hormone centrale des rythmes biologiques, et d'un certain point de vue l'ensemble des sécrétions hormonales". Dans le cas de Mélatonine, le groupe, il en est tout autrement. Tout commence par le néant, puis les poumons se remplissent d’air, l’homme atteint son équilibre. Et finalement tout se régule, en osmose complète, autour de la mélodie du larsen. Sur ce troisième album du trio de Metz, tout commence par la fin du monde, objectivement un arpège de guitare sur, qui monte en langueur, dans la grande tradition du post-rock qui se conçoit comme un film d’horreur. Soit un monstre qui avance silencieusement sur le lino qui grince, avant de surprendre sa victime dans son sommeil. A ce petit jeu, Décembre est un samedi est un musical-killer qui embaume dans ses mélodies bruitistes, avant d’assommer avec un "Lons" d’anthologie marquant le retour des guitares post-rock qui ont un sens. Une direction. Le Tortoise de la période TNT semble avoir été absorbé, digéré, recraché à la face d’un monde qui ne le mérite pas. Car ici l’instrumental est reine, peu ou pas de paroles, simplement le trio guitare/basse/batterie jouant sur les non-dits qui carbure à la m éthadone. Décembre est un samedi marque l’équilibre entre l’urgence et la tranquillité. Urgence d’un "Hurkst" qui fait mal, comme une bande-son d’un film de gangsters dans la lignée des Michael Mann. Puis repos du cœur qui bat au ralenti sur "Cette fois encore", où la guitare frottée devient inconsciemment la voix lead du projet. Ou comment tuer la voix sans proposer l’ennui. Melatonine introduit 2007 avec l’un des meilleurs albums de post-rock, aux cotés de Apse, trio mystique américain. Puis l’ensemble vire carrément à gauche toute, s’emballe sur "Le décompte" et ses tempos à la limite du swing jazz, entrecoupé de guitares qui coupent comme le cutter. Et le tout dans un format pop (3.21) qui fait du bien là où d’autres tentent le marathon autour d’un même motif musical. De la pop justement avec "Rock prog’s" qui va chercher les guitares de Franz Ferdinand pour les tordre. Les malaxer dans l’acide corrosif sur six minutes apocalyptiques. Jusqu’à tenter l’expérimental électronique en mariant les sonorités, tenant le delay par le bout des cordes sur Les artères du dimanche. Y ajoutant les bruits, les fracas de vaisselles qui cassent sur le sol. Seul un groupe de province est capable de tenter l’improvisation en forme de BO. Et réussir même, à faire rêver l’auditeur sans se soucier de la marque de sa veste en cuir. Si décembre est un samedi, souhaitons à Melatonine que 2007 soit une voyage en première classe. Vers une reconnaissance encore plus large sur l’autobahn du succès.
David Didier

DMUTEDMUTE

L’excellent trio messin (guitare, basse, batterie), est de retour sur le label Unique Records, trois ans après Les Environnements principaux, album de rock instrumental marquant, qui se frayait une voie entre un post rock cyclique (Slint, Mogwai) et des tensions noise.
Décembre est un samedi, troisième album du groupe, approfondit l’expérience sonore du précédent disque. Mais au rock instrumental poli aux effets électroniques discret du prédécesseur,  le groupe semble cette fois sans pour autant bousculer sa formule, privilégier un son plus brut et direct, mis en valeur par le précieux Gilles Deles aux manettes (producteur du brillant The John Venture sorti il y a peu sur le label).
L'album nous offre son ciel bas baudelairien menaçant, où dialoguent intensément les emballement rythmiques de la batterie et la respiration profonde de la basse, qui portent haut le lyrisme lancinant des guitares. Qu’on en juge par Hurkst, certainement la pièce maîtresse du disque,  et sa cavalcade western effrénée (la guitare qui ouvre le morceau ne laisse aucun doute). Rock prog’s, découvert live lors de la soirée anniversaire du label à la flèche d’or, est l’un des autres fleurons de cet album ; son accroche midtempo faussement tranquille au delay entêtant, n’est que le prélude, comme souvent, à un dérèglement étourdissant.
Là où certains éprouvent l’endurance de l’auditeur, singeant les maîtres du genre avec des compositions interminables, répétant leurs motifs ad nauseam, Melatonine a l’intelligence de la concision, d’une compacité qui met en valeur le caractère éminemment dynamique de ses morceaux.
Dynamique en son core, Décembre est un samedi est un album de post-rock dépressionnaire, de rock bruitiste qui ne force pas sa nature cyclothymique. Melatonine nous épargne contrairement à d’autres la grandiloquence qui tourne à vide, plus enclin aux climats subtils qu’aux paysages monumentaux inaccessibles.
Le trio ne surjoue jamais le post-rock, mais le rejoue à sa façon, misant sur l’intensité combinée des trois instruments, qui trouvent ici, à travers des alliages sonores puissants, un équilibre nouveau.   
Imogen

A DECOUVRIR ABSOLUMENT A DECOUVRIR ABSOLUMENT

Melatonine, un des premiers groupes à avoir subi les affres de nos chroniques fumeuses, est de retour, avec ce titre énigmatique, sorte de maxime qui aurait pu trôner au milieu du # 3 de Diabologum, décembre est un samedi. De ce titre il faudra y chercher les lumières et la durée du jour, la lenteur avec laquelle les nuits meurent pendant cette saison. C'est certainement avec une horloge biologique calquée sur les rotations de la terre que les Metzins ont échafaudé ses titres à la retenue stupéfiante dans les longueurs. Loin de ce qui faisait le fondement même du post rock, Melatonine raccourci les temps, tranche dans le vif et donne à ses offrandes une couleur à la fois sombre et alerte. Melatonine en ressort énervé, comme en témoigne hurkst, et gagne en tension, que, ironie de l'histoire, E.L.E.V.E.N. le morceau le plus long de l'album concentre pour ne jamais la relâcher pour une suite rapide on l'espère. La vie est très présente mais ramassée (hurkst / le décompte) et les mots qui arrivent à percer sont brouillés car la perception des sons est plus importante ici. Sans abandonner sa marque de fabrique, Melatonine s'en éloigne certainement, se donnant la possibilité de revoir le jour de façon plus élastique un soir d'été. Pour le moment c'est l'hiver, et le réchauffement climatique n'est pas pour maintenant, mais les tourbillons sont eux du mouvement..
Gdo

ASSO DES GENS NORMAL, disque du mois de Avril 2007ASSO DES GENS NORMAL, disque du mois de Avril 2007

Le post rock des messins de melatonine se durcit pour ce nouvel album Décembre est un samedi et lorgne vers un mathrock brut et sans concession. L'album est le plus organique du groupe, et le format plus court des titres renforce encore la tension que melatonine sait si bien influer à ses compositions.

OCTOPUSOCTOPUS

Depuis 2001 (année de leur premier album auto-produit), les messins de Melatonine fustigent le genre rock en l’ornementant d’un attirail sonore chaotique des plus variés. Dans une formule basique du basse/batterie/guitare (exit le chant), le trio met en place des morceaux construits par étapes : superposant les sons, les décalant, secouant l’auditeur, puis lui prodiguant des soins apaisants… tout cela ressemble bien à une gigantesque marmite où bouillonne les sacro-saints Fugazi et autre Slint. Sa particularité instrumentale donne à cette musique sans règle un sacré coup d’impertinence. On ne joue jamais sur de l’acquis, mais bien plutôt sur un (re)déploiement rythmique qui rend hommage aux influences de chacun des membres du groupe à importance égale puisqu’il n’y a pas de ‘vedette’ à proprement parler. Le morceau "janvier 00 :00" qui ouvre l’album, en est la démonstration par son éclectisme qui emprunte, subtilement, à l’univers du free jazz. Les instruments, selon les morceaux, s’invitent et se chahutent avec plus ou moins de virulence ("cette fois encore"). L’unité de Décembre est un samedi, troisième album de Melatonine, tient à son fil tendu, voir distendu par une alchimie rythmique qui bien souvent trouve une issue dans la fureur ou le dénuement post-rock. Un disque qu’on pourrait qualifier d’intemporel tant il convoque des codes toujours plus troublés par des hésitations rythmiques (d)étonnantes. Les déferlements de décibels éblouissent "eleven" (qui clôt l’album en toute beauté), le font vivre intensément pendant 12mn55 et nous font penser qu’indubitablement, la conclusion est le sommet de cet album !
Véronique Doussot

EH LES VILAINSEH LES VILAINS

Le post-rock sera à l’honneur avec l’entrée en scène de Melatonine, dont le deuxième album signé chez Unique Records risque d’en ébranler plus d’un. Son flottant qui cingle, instrumentales sur le fil, Melatonine s’annonce comme l’alternative française et planante à Mogwaï. Ce nouvel album, « Décembre est un samedi », laisse apparaître de subtiles sonorités électroniques (claviers, synthés vintage, groovebox…) autour de la structure de base guitare-basse-batterie, toujours fidèle aux Sonic Youth et Shellac. Le post-rock de Melatonine s’admire comme une avancée dans la mer électrisée.

RECORDS REVIEWERS ARE PRETENTIOUS ASSHOLES (blog)

Il est de notoriété publique (je me la raconte gentiment) que je n’aime pas le post-rock. Je trouve ça chiant, pas intéressant, ça m’endort sans forcément me relaxer, bref… Je peux cependant citer 4 groupes qui font exception à cette hygiène de vie : IMMENSE (parce que c’est beau), TARENTEL (parce qu’ils me font voyager), MASERATI (parce que ça groove méchamment) et MELATONINE (parce que des potes et qu’ils m’ont déjà mis de méchantes roustes en concert). Ces derniers balancent un album passionnant de bout en bout, 54 minutes passant aussi vite qu’un battement de paupières. Instrumentale, la musique du trio laisse une place prépondérante à la guitare. On a donc droit à des riffs grandioses, annonciateurs d’orages salvateurs et d’accalmies angoissantes. Derrière, section rythmique carrée, pas un pet de travers. L’ensemble m’évoque une rencontre animée entre SLINT et HAL AL SHEDAD. L’artwork est très joli, j’aime beaucoup ces touches de roses au milieu du paysage morne. Voilà, qu’est-ce que je disais ? Une rouste en bonne et due forme.
FL 

LONGUEUR D'ONDE Avril-Juin 2007LONGUEUR D'ONDE Avril-Juin 2007

Nouvel album remarquable pour ce trio de rock instrumental messin, dont la puissance sonique est particulièrement éloquente en live. C'est justement un enregistrement brut et sur le vif que les trois hommes ont privilégié et superbement réussi. Par leur intelligence de jeu, des inclinaisons non répétitives, et sans sombrer dans une formule obscure et abstraite, ils collent parfaitement au sens originel du terme post-rock, celui qu'ont dessiné Slint et Toitoise au début des années 90. Ils mettent donc en branle leur machine puissante à coup de riffs bruitistes, de distortions, de notes hypnotiques, de rythmiques intenses. Des techniques sonores qui permettent d'exprimer des émotions palpitantes, rêveuses, crispées. En clôture, Eleven s'amplifie dans un étourdissement vibrant et génial.
Béatrice Corceiro

MAGICBOXMAGICBOX

Il n’est pas très étonnant que Mélatonine cite Slint comme référence première. Le groupe Américain représente le post-rock d’avant le post-rock, au moment où le terme n’avait pas été inventé, ce terme qui justement ne plait définitivement pas à Mélatonine. Le trio Messin revendique à faire du rock instrumental et ce deuxième album, plus direct et plus brut que le précédent, Les Environnements principaux, enfonce le clou sur une démarche simplifiée. Mélatonine a toujours donné dans le titre de 3’, comme une montée abrasive, pouvant être carrément musclé (180.000 terminaisons nerveuses, plus hardcore). Le trio a mis un peu de côté – au sens propre - ses apports électroniques, Nicolas le bassiste épanouissant cette partie de sa créativité musicale dans
 Zero degrés et Mathieu dans King Kong was a Cat. Pourtant, sans doute grâce au travail de metteur en son de Gilles Deles, certaines parties musicales pourront donner le change en matière de texture (E.LE.V.E.N., la fin franchement abstraite de l’album). Le groupe de toutes les manières - et c’est là tout son art - alterne court circuits électriques (où s’il y avait du chant, cela ressemblerait à de Shellac) avec des long circuits où le groupe emprunte les montagnes russes (Janvier 00.00 ou le finalement bien nommé Rock prog’s). Le groupe arrive surtout à retranscrire sur disque ce qu’il dégage sur scène. C’était son challenge de départ et c’est réussi.
Denis Zorgniotti
  
©credit

FF | IE | Chromeyisahn.com   2011-2019