news
artistes
catalogue
tours
médias
shop
contacts
les 10ans

votre panier est vide

radio

Pursue a less miserable life
SAFFRON EYES
Pursue a less miserable life
Glover's Mistake
MICKAËL MOTTET
Glover's Mistake
Love Songs
INFLATABLE DEAD HORSE
Love Songs

newsletter...

partager...

The Tremens Archive
subdivision expérimentale du label
Le blog We Are Unique Records
par les membres du label
Devenez
membre bienfaiteur du label
IMAGHO
Inside looking out
CD
12.00 €5.00 €

IMAGHO

Inside looking out

UR19 - 2008, creative commons nc nd

1CD1 Inside looking out "from the inside looking out"
2CD1 Inside looking out "lament"
3CD1 Inside looking out "silves"
4CD1 Inside looking out "city of glass"
5CD1 Inside looking out "circaetes"
6CD1 Inside looking out "love poem"
7CD1 Inside looking out "in situ"
8CD1 Inside looking out "primo"
9CD1 Inside looking out "outside looking in"
10CD1 Inside looking out "septentrion"
11CD1 Inside looking out "fée"
12CD1 Inside looking out "ericeira"
13CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "banquise"
14CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "route"
15CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "bienvenue"
16CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "mercure"
17CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "someone controls electric guitar #2"
18CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "one with charlie"
19CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "clodomir"
20CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "...ou ailleurs"
21CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "encuentro"
23CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "-meth-"
24CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "someone controls electric guitar #7 (extrait)"
25CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "camera obscura"
26CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "the Endurance"
27CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "pour une fois"
28CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "chanter dessus"
29CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "le bord (version démo)"
30CD2 "rythm/treble" 1998 - 2008 "three mile island"
Nouvel album d'Imagho, "Inside looking out" pourrait être présenté comme la suite logique de son album devenu un vrai classique, "Nocturnes", sorti en 2002 sur le label FBWL. Mais si la guitare reste l'élément central de la musique, Imagho convie sur cet album des voix, des saxophones et autres éléments rythmiques, pour donner naissance à une musique électro-acoustiques propice au rêve et à l'évasion. Une musique très accessible, tout simplement belle qui vous évoquera le meilleur de Fennesz, Gastr del sol ou Tortoise. Cet album sort accompagné d'un deuxième cd, "rythm/treble" 1998-2008, compilation du meilleur des 10 ans de la carrière d'Imagho.

revue de presse

pushlines

D-SIDE Mars/Avril 2008D-SIDE Mars/Avril 2008

Porté par les ombres du post-rock, du jazz et des musiques nouvelles, Imagho a signé quatre albums essentiels, ainsi que deux collaborations... Une oeuvre foisonnante donc, qui s'enrichit aujourd'hui d'un nouvel album, Inside looking out, où la musique d'Imagho se fait plus posée que jamais, où la guitare, instrument central d'Imagho, se veut caresse, tandis que s'invitent des voix et un saxophone, ingrédients nouveaux au service de paysages sereins et mélancoliques, baignés de pluie et de brume. 

NUKE magazine #9NUKE magazine #9

Avec ses dix doigts et quelques arrangements discrets, Imagho parvient à insuffler, à coup de multiplications mélodiques, une pureté flottante presque palpable. Nuancé selon les morceaux de Ukulélé (le surdoué David Fenech), de saxophone ou de voix féminine, cet « Inside looking out », magnifique, vous fera scintiller les ouirs dans la plénitude d’un instant choisi.

Musiques Inactuelles, Radio PrimitiveMusiques Inactuelles, Radio Primitive

une musique électro-acoustique délicate et rêveuse, qui s'étire avec volupté dans l'espace : une leçon de dépouillement et de simplicité pour écouter l'intérieur de l'extérieur

RADIO FRANCE MUSIQUE - Tapage NocturneRADIO FRANCE MUSIQUE - Tapage Nocturne

Entre folk et jazz les douze titres de cet album défilent comme une suite de paysages homogènes que soulignent, avec beaucoup d'adresse et de discrétion, quelques enregistrements réalisés en plein air, un saxophone, quelques rythmes et quelques voix parlées ou chantées. L'ensemble est de temps à autres enrichi par de légères manipulations électroniques qui élèvent ces fragiles compositions vers des sphères imaginaires et poétiques dont on ne souhaiterait jamais redescendre.

AUTRES DIRECTIONSAUTRES DIRECTIONS

un virtuose de l’intimité, adepte de pièces instrumentales suggestives bâties autour de sa guitare...ses morceaux exhalent un parfum folk sincère, rehaussés d’une touche de jazz humble, voire d’influences de musiques traditionnelles, parvenant à exprimer tout à la fois le confinement de l’intimité et les grands espaces...cet artisan ne doit pas rougir de la comparaison avec les maîtres du genre comme Jim O’ Rourke ou Fred Frith

A DECOUVRIR ABSOLUMENT A DECOUVRIR ABSOLUMENT

Prendre une base simple, laisser la note vivre, la laisser perdurer, attendre l'arrivée de l'autre avec délectation, profiter de l'instant, l'éternité...Imagho poétise sans règle, sans un cadre rigide et austère. La conquête d'un ouest, un pèlerinage pacifique et marqué du sceau de la recherche du beau.

ONDE FIXEONDE FIXE

une musique folk bucolique, très tranquille, à peine perturbée par quelques field recordings et autres sonorités numériques...Un album tout en douceur, qui peut rappeler certains travaux de Jim O' rourke

MUZIQ (Mai-Juin 2008)MUZIQ (Mai-Juin 2008)

Dans la foulée de David Fenech, Fennesz, Gastr del sol, Tortoise, Imagho coordonne des abscisses de guitares électriques et acoustiques qui prennent en compte le schéma de l'invention. Inside Looking Out  est une collection de titres joués sans jouer, c'est à dire exprimés sans ornements à partir de l'évidence que le temps nous échappe.

MAGIC (Mai 2008)MAGIC (Mai 2008)

...des tempos lents, des thèmes mélodiques simples mais des trames harmoniques raffinées. Le résultat est à la fois très accessible et subtil, savant mais humble, fréquemment poignant. Quelque part entre le Marc Ribot des jours paisibles, les plages les plus oniriques de Gary Lucas et la mélancolie sourde de The Durutti Column, Imagho a trouvé une voie personnelle, favorisant les ambiances nocturnes, dans un climat de rêverie sereine ou de road-movie hivernal.

OCTOPUSOCTOPUS

Là où d’autres vous cochonnent leur manque d’inspiration en deux hurlements d’ampli, Prades remet sans cesse l’ouvrage sur le métier, puisant dans son inspiration cinématographique des arpèges dignes des plus grands...Oeuvre d’un mélomane que l’on devine acharné dans sa recherche intemporelle des atmosphères recueillies...déployant des richesses harmoniques que seules les écoutes attentives révéleront un peu plus chaque jour...disque exemplaire de modestie ET de talent.

MAGICBOXMAGICBOX

Inside looking out ressemble presque à un album de folk électrique, beau et courageux, qui distille une profonde mélancolie...une musique plus humaine sans faire de compromis au conformisme. On se près donc à rêver que cet album touchant trouve le plus large des publics. On peut toujours rêver. En tout cas, cet album faussement less is more devient un beau marchepied pour la rêverie.

chroniques

NUKE magazine #9NUKE magazine #9

Jean-Louis Prades a initié ce projet ambient/guitare acoustique depuis la fin des années 90. Egalement membre du duo Baka ! ainsi que du trio noise Sketches of Pain, notre lyonnais se concentre désormais uniquement sur cette entité. Ce troisième effort ne déroge pas à la genèse du son Imagho soit un travail subtil et harmonique sur les couches de guitares et les drones afin de restituer une musique cinématique. Avec ses dix doigts et quelques arrangements discrets, Imagho parvient à insuffler, à coup de multiplications mélodiques, une pureté flottante presque palpable. Nuancé selon les morceaux de Ukulélé (le surdoué David Fenech), de saxophone ou de voix féminine, cet « Inside looking out », magnifique, vous fera scintiller les ouirs dans la plénitude d’un instant choisi.
Nico

D-SIDE Mars/Avril 2008D-SIDE Mars/Avril 2008

Imagho a dix ans ! Et si l'évocation d'un tel anniversaire ne sera pas d'une grande utilité à ceux qui, nombreux, ignorent encore l'oeuvre que mène Jean-Louis Prades sous ce nom, ce sera un indice pour tous les autres afin de mesurer tout le chemin accompli durant cette décennie par Imagho. Exclusivement instrumental et porté par les ombres du post-rock, du jazz et des musiques nouvelles, Imagho a signé quatre albums essentiels, ainsi que deux collaborations, avec Ultra Milkmaids et Fragile, tout en essaimant en multiples projets parallèles d'obédience plus noise et improvisée (Baka!, Fovea, Sketches of Pain, Frz-Imagho et Secret Name). Une oeuvre foisonnante donc, qui s'enrichit aujourd'hui d'un nouvel album, Inside looking out, où la musique d'Imagho se fait plus posée que jamais, où la guitare, instrument central d'Imagho, se veut caresse, tandis que s'invitent des voix et un saxophone, ingrédients nouveaux au service de paysages sereins et mélancoliques, baignés de pluie et de brume. Et comme un tel anniversaire se devait d'être fêté dignement, Inside looking out s'accompagne, en bonus, d'un second CD compilation intitulé Rythm / Treble 1998-2008 qui propose, en dix-huit titres dont six inédits, de revenir sur le parcours, ô combien passionnant, d'Imagho.
Philippe Sandre

RADIO FRANCE MUSIQUE - Tapage NocturneRADIO FRANCE MUSIQUE - Tapage Nocturne

C'est aujourd'hui mercredi 2 avril, que sort officiellement le nouvel album solo de Jean Louis Prades, sous le pseudonyme d'Imagho, pseudonyme qu'il utilise depuis une dizaine d'années pour signer son travail en solo. Intitulé Inside Looking Out il réunit quelques délicieuses plages instrumentales de guitare dans une veine musicale assez proche des douces errances intimistes et spacieuses de Fred Frith, Jim O'Rourke ou de Bill Frisell. Entre folk et jazz les douze titres de cet album défilent comme une suite de paysages homogènes que soulignent, avec beaucoup d'adresse et de discrétion, quelques enregistrements réalisés en plein air, un saxophone, quelques rythmes et quelques voix parlées ou chantées. L'ensemble est de temps à autres enrichi par de légères manipulations électroniques qui élèvent ces fragiles compositions vers des sphères imaginaires et poétiques dont on ne souhaiterait jamais redescendre.
Eric Serva

Musiques Inactuelles, Radio PrimitiveMusiques Inactuelles, Radio Primitive

Un peu plus de dix ans de carrière pour le guitariste Jean-Louis Prades, natif de Saint-Etienne, avec plusieurs albums solo à son actif, dont les très beaux Nocturnes en 2002 et Someone controls electric guitar en 2005, que je suis en train de découvrir. C'est la magnifique pochette de ce nouveau double-CD, Inside looking out, qui a attiré mon attention. [Il arrive que l'intérieur soit décevant : aussi n'ai-je pas chroniqué le dernier album de Fields, Everything in winter, au superbe livret conçu dans l'esprit d'un Arcimboldo.]
Le guitariste a fait appel à quelques collaborations sur le premier cd, notamment des saxophones, pour développer une musique électro-acoustique délicate et rêveuse, qui s'étire avec volupté dans l'espace : une leçon de dépouillement et de simplicité pour écouter l'intérieur de l'extérieur. Le second cd est une compilation très généreuse titrée rythm/treble, 1998-2008, idéale pour découvrir ce musicien discret et sensible.
Dyonis

AUTRES DIRECTIONSAUTRES DIRECTIONS

Derrière un magnifique packaging qui évoque le monde fantastique de Tolkien, Imagho présente son nouvel album Inside Looking Out, nouvelle pierre ajoutée à une discographie foisonnante. En effet, depuis 10 ans que Jean-Louis Prades a choisi de faire partager aux autres ses vignettes instrumentales imaginées, composées et jouées en solitaire, il aura déjà livré 4 albums, nombre de titres pour des compilations diverses et a été crédité de quelques collaborations fructueuses et remarquées, notamment avec Fragile et Ultra Milkmaids. C’est que, si Imagho se présente avant tout comme un virtuose de l’intimité, adepte de pièces instrumentales suggestives bâties autour de sa guitare, il aime faire partager son univers. C’est ainsi que sur Inside Looking Out, il a invité David Fenech et Vanessa Saraff à poser leurs voix sur ses arpèges et qu’un saxophone et quelques rythmes électroniques font discrètement leurs apparitions pour apporter de nouvelles couleurs à ses pièces de guitares. Imagho s’écarte alors des errements expérimentaux de certains de ses précédents disques, pour adopter un format plus concis et abordable. Avec l’aide de Hervé Thomas (de Hint), ses morceaux exhalent un parfum folk sincère, rehaussés d’une touche de jazz humble, voire d’influences de musiques traditionnelles, parvenant à exprimer tout à la fois le confinement de l’intimité et les grands espaces. On entend les cordes frottées et les glissements de doigts, et au fil des notes qui se diluent en réverbération, on croit deviner les respirations et les soupirs de son auteur. La brume laisse alors filtrer quelques rayons de soleil éblouissant.

Et pour démontrer que cet artisan ne doit pas rougir de la comparaison avec les maîtres du genre comme Jim O’ Rourke ou Fred Frith, Inside Looking Out est accompagnée de la compilation Rythm / Treble, une belle occasion de retracer le parcours d’Imagho au gré de morceaux piochés ça et là et de quelques inédits. On retrouve ici les belles pièces électro-acoustiques qui illuminaient son album Nocturnes, tel ce Bienvenue, composé à l’occasion de la naissance d’une petite fille. Ou encore un morceau improvisé et enregistré en live, Someone Controls Electric Guitar #2, tout en frottements de cordes et boucles, et d’autres exercices plus jazzy. En balayant sa discographie, on appréhende un peu mieux encore la personnalité d’Imagho, qui se dévoile avec modestie et tendresse au fil des crédits et des notes qui accompagne chaque morceau. Rythm / Treble reflète alors la musique d’Imagho, improvisée ou minutieusement construite, entre instantanéité et universalité.
Denis

A DECOUVRIR ABSOLUMENT A DECOUVRIR ABSOLUMENT

Imagho pas de mot. Les mots manquent, la peau parle. L'organique répond au synthétique. La transmission par l'émotion, on touche car on émeut. Imagho avance. Imagho fixe des points de rupture pour relancer un morceau. A fleur de peau (lament) la proximité est immédiate, toucher est alors physique, la sensation est palpable. Ecouter lament et mourir, toucher du doigt (l'acte est là volontaire et non subi) le passage vers l'autre côté. D'une musique rentrée Imagho fait un disque de partage. Donner après toucher, donc partager même si on frise l'intimité. Dans un café, un jardin public ou une cour d'école, Imagho n'obstrue rien, ne masque rien, non il partage. On cherche des parrains car l'enfant est beau, mais l'enfant est grand et son passé est aussi offert, l'offrande est ici physique. Le physique cela se touche, ça touche aussi, Imagho touche, touche au but, élargir l'instant en une éternité avec des limites, ne jamais obstruer. Prendre une base simple, laisser la note vivre, la laisser perdurer, attendre l'arrivée de l'autre avec délectation, profiter de l'instant, l'éternité....avec des limites. Les électrons sont libres, ils gigotent, font du bruit, semblent chanter sur une trame classique, jouir de la liberté d'être un électron. Le bois craque, il vit, il ne suspend pas le vol des notes, la main le touche. Imagho poétise sans règle, sans un cadre rigide et austère. La conquête d'un ouest (circaetes), un pèlerinage pacifique et marqué du sceau de la recherche du beau. Toucher, toucher, toucher...
Gerald de oliveira

ONDE FIXEONDE FIXE

C’est avec le 2ème album Nocturne (sorti en 2002 sur le label FBWL), que beaucoup ont fait la connaissance d’Imagho, projet du musicien Jean-Louis Prades, auteur par ailleurs de nombreuses collaborations sur divers projets expérimentaux. Aujourd’hui, il sort son cinquième album "Inside looking out" dans lequel on découvre une musique folk bucolique, très tranquille, à peine perturbée par quelques field recordings et autres sonorités numériques.
Dominé par les guitares, "Inside looking out" propose, la plupart du temps, des titres instrumentaux si l’on excepte la participation de David Fenech et de Vanessa Saraff qui prêtent leur voix sur deux titres. Un album tout en douceur, qui peut rappeler certains travaux de Jim O' rourke et que l’on pourra apprécier en plus d’un second disque qui reprend des anciens titres d'Imagho ainsi que des inédits… merci We Are Unique Records !
(8.0)
Benoît Richard

MUZIQ (Mai-Juin 2008)MUZIQ (Mai-Juin 2008)

Dans la foulée de David Fenech (voir Muziq #13), Fennesz, Gastr del sol, Tortoise, Imagho coordonne des abscisses de guitares électriques et acoustiques qui prennent en compte le schéma de l'invention. Inside Looking Out (We Are Unique Records / La Baleine) est une collection de titres joués sans jouer, c'est à dire exprimés sans ornements à partir de l'évidence que le temps nous échappe.
Guy Darol. 

MAGIC (Mai 2008)MAGIC (Mai 2008)

Imagho vient de fêter ses dix années d'existence, mais pour bon nombre d'entre nous, ce quatrième album tiendra plus du baptême que de la confirmation. Il n'est, heureusement, jamais trop tard pour se convertir, et Inside Looking Out constituera une excellente entrée en matière pour le profane. Imagho est le projet solo du stéphanois Jean-Louis Prades, guitariste protéiforme, actif au sein des bruyants Sketches of  Pain, des énigmatiques Baka! ou du duo folk Secret Name. Le postulat de ses excursions solitaires ? Produire des pièces instrumentales (souvent courtes), accordant une place centrales aux guitares (acoustiques et électriques), sur des tempis lents, des thèmes mélodiques simples mais des trames harmoniques raffinées. Le résultat est à la fois très accessible et subtil, savant mais humble, fréquemment poignant. Quelque part entre le Marc Ribot des jours paisibles, les plages les plus oniriques de Gary Lucas et la mélancolie sourde de The Durutti Column, Prades a trouvé une voie personnelle, favorisant les ambiances nocturnes, dans un climat de rêverie sereine ou de road-movie hivernal. Parcimonieux dans ses ornementations (quelques sons d'ambiance, des échantillons discrets en arrière-plan), Imagho s'offre ici quelques featurings délicats en conviant David Fenech au chant sur le bien nommé Lament ou en demandant à Daniel Palomo Vinuesa de lui tisser un tapis de saxophones pour Circaetes. Rien qui ne vienne entamer l'exemplaire sobriété de cet attachant paysagiste sonore, dont on pourra d'ailleurs remonter la discographie grâce à une compilation-bilan, intitulée Rythm/Treble 1998-2008, offerte par le label dans la pochette de l'album.
Alex Melis 3/5

OCTOPUSOCTOPUS

Dans une suite presque logique de l’album Nocturnes – son second, sorti en 2002, oui déjà – Imagho aka Jean-Louis Prades poursuit sa voie, creuse un sillon, tourne la vis. Toujours autant amoureux d’arrangements qui font la part belle à une guitare acoustique de renommée John Fahey, mais aussi Takeshi Nishimoto, Robin Allender et bien sûr Jim O’Rourke, le musicien stéphanois fait œuvre d’artisan, au sens le plus noble et le plus respectable du terme. Là où d’autres vous cochonnent leur manque d’inspiration en deux hurlements d’ampli, Prades remet sans cesse l’ouvrage sur le métier, puisant dans son inspiration cinématographique ("City of Glass" ornerait à merveille les films noirs des années soixante) des arpèges dignes des plus grands, augmentés çà et là d’une électronique d’autant plus discrète qu’elle séduit. Œuvre d’un mélomane que l’on devine acharné dans sa recherche intemporelle des atmosphères recueillies (sans pour autant sombrer dans la moindre sinistrose, bien au contraire), Inside Looking Out bénéficie en outre de l’apport de David Fenech (voix à la Antony Hegarty et ukulélé sur "Lament"), Vanessa Saraff (spoken word scandinave sur "Septentrion") ou Daniel Palomo Vinuesa (saxophones sur "Circaetes", titre dont nous retenons toutefois davantage la sublime partie de claviers ou les glissandi très americana), tout en déployant des richesses harmoniques que seules les écoutes attentives révéleront un peu plus chaque jour. Pour couronner ce disque exemplaire de modestie ET de talent, il est doublé d’une compilation de ses meilleurs morceaux et d’inédits (Rythm/Treble 1998-2008). Gâtés que nous sommes.
Fabrice Vanoverberg

MAGICBOXMAGICBOX

N’ayez pas peur. On n’est pas devant le fronton d’une église mais bel et bien devant le nouvel album d’Imagho. Rien à voir sauf peut-être que la passion qui anime Jean-Louis Prades, son implication totale a quelque chose de mystique et touche à la grâce. Si, si…N’ayez pas peur car le guitariste chercheur de son, laborantin de l’onde et improvisateur, exprime son moi intérieur dans une musique dite « expérimentale ». ça y est le mot est lâché et il y a à craindre qu’une partie du lectorat est allé lire la chronique d’en dessous. Pourtant, à l’heure où le post-rock est devenu un genre presque commercial, à une époque où Jim O’Rourke fait de la musique depuis déjà de nombreuses années, la musique d’Imagho sonne presque comme familière à nos oreilles. Quelques dissonances maîtrisées, quelques larsens laissés en liberté juste ce qu’il faut, Prades chevauche sa musique avec plus de doigté qu'auparant ; il l'a laisse vivre mais garde le contrôle, comme une éducation réussie. Inside looking out ressemble presque à un album de folk électrique, beau et courageux, qui distille une profonde mélancolie. Cet album est aussi celui de l’ouverture : des voix fragiles à l’extrême (David Fenech et Vanessa Saraff, sur le fil), un saxophone venu du jazz (Daniel Palomo Vinuesa) et un habillage électronique pointilliste (Cyclyk) permettent sans doute à Imagho de faire une musique plus humaine sans faire de compromis au conformisme. On se près donc à rêver que cet album touchant trouve le plus large des publics. On peut toujours rêver. En tout cas, cet album faussement less is more devient un beau marchepied pour la rêverie. En tout cas n’ayez pas peur, cet album ne mord pas mais caresse.
Denis Zorgniotti
©credit

FF | IE | Chromeyisahn.com   2011-2022