news
artistes
catalogue
tours
médias
shop
contacts
les 10ans

votre panier est vide

radio

Pursue a less miserable life
SAFFRON EYES
Pursue a less miserable life
Glover's Mistake
MICKAËL MOTTET
Glover's Mistake
Love Songs
INFLATABLE DEAD HORSE
Love Songs

newsletter...

partager...

The Tremens Archive
subdivision expérimentale du label
Le blog We Are Unique Records
par les membres du label
Devenez
membre bienfaiteur du label
BAXENDALL
baxendall
CD
12.00 €5.00 €

BAXENDALL

baxendall

UR06 - 2003, copyright

1shining
2heliotrope
3One day (remix)
4intermede
5hix
6geodesic
7Stretched Meridians
8shining (remix)
Cet album constitue la rencontre de deux univers étranges et singuliers. Les nappes synthétiques et les beats imparables de Virga se confrontant aux guitares étranges de Lunt, les deux artistes ayant éprouvé le désir de confronter leurs créativités respectives par une composition en commun ainsi que par des remix mutuels.

revue de presse

pushlines

EPOK (Mars 2004)EPOK (Mars 2004)

cet album, truffé d’harmonies dissonantes, confirme la pertinence du jeune label Unique Records.

MAGIC (AVRIL 2004 - Note : 4/6)MAGIC (AVRIL 2004 - Note : 4/6)

ors de la mode et des sentiers battus, il doit falloir faire preuve d'une certaine résilience pour arriver à (sur)vivre en tant que label électronique pointu au pays de Zebda, du rock et reggae festif, des apéritifs anisés et continuer à sortir des enregistrements “uniques” comme celui-ci… Respect.

NOVA (DISQUE DU JOUR 18/02/2004)NOVA (DISQUE DU JOUR 18/02/2004)

Univers électroniques et électriques s’entrechoquent, et les remix faits par chacun sur les morceaux de l’autre offrent une maelström de sensations physiques.

A DECOUVRIR ABSOLUMENT (G. De Oliveira)A DECOUVRIR ABSOLUMENT (G. De Oliveira)

Contre révolutionnaire, cette musique bricole et s'arrange de tout (sauf de la compromission facile) et bloque le temps pour le comprendre, le distendre.

POPINGAYSPOPINGAYS

L'expérimentation sonore est la règle, mais jamais vainement, les titres en sortent renforcés d'une aura et d'une atmosphère captivante, rarement un album d' électronica se révèle aussi riche… recommandé pour se désintoxiquer les oreilles après une trop longue exposition à la majorité de la surproduction actuelle.

INDIEPOPROCKINDIEPOPROCK

Baxendall ou comment l’excellent label Unique Records réinvente et s’approprie le concept du split album. Les influences et les sonorités des deux artistes se mêlent et s’entrechoquent pour ne plus former qu’une seule véritable identité musicale qui s’épanouit tout au long de ces huit titres…Vivement la suite, s’il y en a une.

DMUTEDMUTE

La subtilité n'est jamais sacrifiée sur l'autel de l'exaspération sonore sur aucun des morceaux de ce split tout en finesse.... Baxendall est la preuve que "expérimentation" ne rime pas forcément avec "abscon".

MAGICBOXMAGICBOX

Composé à quatre mains et à deux cerveaux (torturés), Baxendall donne ce que l'on avait imaginé sur le papier : un Sonic youth à la sauce Warp… Baxendall devient un album essentiel pour l'intrépide.

chroniques

MAGIC #69 (AVRIL2004)MAGIC #69 (AVRIL2004)13-04-2004

Les deux piliers du bien nommé label toulousain Unique Records, Lionel Maraval (lui, c'est Virga) et Gilles Deles (Lunt) se livrent pour cette sixième sortie en trois ans à l'exercice du split-album. Un modus operandi qui consiste à provoquer l'interaction de deux univers distincts sur un même support, plus un point de confluence central et, dans le cas présent, une séance de "remixe-moi, et je te remixerai" Si c'était une bande dessinée, Baxendall ferait dans le genre fantastico-méditatif, serait signée Jodorowsky-Gimenez ou Schuitten-Peeters et s'intitulerait Bill Laswell Et Thurston Moore Au Tibet& Les guitares obliques, stratifiées et parfois bancales de Giles Deles s'imbriquent parfaitement aux constructions dub lourdissimes (dignes des studios Wordsound de New York) que les machines de Lionel Maraval laissent sourdre. Quand vient leur tour de venir s'infiltrer dans l'environnement plus feutré et post-ambient de Lunt, c'est avec une déconcertante facilité qu'elles le font. L'amitié de longue date des deux protagonistes expliquant certainement cela& Hors de la mode et des sentiers battus, il doit falloir faire preuve d'une certaine résilience pour arriver à (sur)vivre en tant que label électronique pointu au pays de Zebda, du rock et reggae festif, des apéritifs anisés et continuer à sortir des enregistrements "uniques" comme celui-ci& Respect.
Marc Gourdon

NOVA (disque du jour)NOVA (disque du jour)18-02-2004

Nous avions déjà invité ces deux groupes de Unique Records : Virga et Lunt. Le premier donne dans l? électro à tendance bruitiste voire ambient, le second dans une pop-rock décalée. Ils ont décidé de se mélanger, d'où ce split-album.
Les styles se sont amalgamés mais restent distincts. La guitare distordue et crissante de Lunt, croise le fer avec l'électro post-apocalyptique de Virga. Univers électroniques et électriques s'entrechoquent, et les remix faits par chacun sur les morceaux de l'autre offrent une maelström de sensations physiques. Ils ont même échangé les instruments et Lunt s'est mis à l'électronique.
RSC

A DECOUVRIR ABSOLUMENT A DECOUVRIR ABSOLUMENT 13-05-2004

Un split ! Ce nom me rappel hadjuk ou la fin d'un groupe, mais pas la partition d'un album en deux.. Et pourtant il en est ainsi pour ce Baxendall, split entre lunt et virga deux signatures de l'excellent label unique records. Un partage équitable, une fusion comme lien entre les deux mondes et un interlude comme respiration. Baxendall est une sorte de vestiaire dans le quel on laisse ce que l'on voudra retrouver. Un de ses lieux de mémoires qui ont fleuri à la veille du nouveau millénaire, un musée où des parcelles de son, de loops, de pics sont précieusement mis en sécurité pour les satanées générations futures. Quasi in situ l'imbriquement raffermi l'idée même que l'instant présent aura de l'influence sur un passé même lointain, même si dans le même temps (lequel d'ailleurs !!) la mémoire, pour le futur, ne connaîtrait plus le passé. Contre révolutionnaire, cette musique bricole et s'arrange de tout (sauf de la compromission facile) et bloque le temps pour le comprendre, le distendre. Elle se met en relation avec sa propre alchimie, se transformant comme il se doit, en existant sous une autre forme par manque d'envie d'être là. Acceptant la dissonance comme un non-accident, Virga lunt l'englobe et lui donne une place de choix comme ce qu'elle est, un son, la propageant sans craindre qu'elle se perde, elle se jouant des piéges et s'adonnant à une épreuve mystique et turbulente. Vestiaire plutôt que grenier car Baxendall ne connaîtra jamais la poussière, celle ci préférant recouvrir ceux qui la mérite, les tuant une seconde fois avant l'oublie obligatoire. Dans Baxendall la vision de la périphérie est pointilleuse, c'est avant tout pour cela que nos anneaux virtuels sont à nouveau visibles et fidèles à ces vibrations. Ce disque s'ouvre et se ferme sur shining& je pense que vous avez la faculté de comprendre. Un disque unique à découvrir absolument ..
Gérald De Oliveira

PopingaysPopingays02-06-2004

Unique Records remet au goût du jour les splits albums avec ce "Baxendall" qui réunit Virga et Lunt, les deux signatures emblématiques de cette structure toulousaine qui sort des sentiers battus avec un catalogue pointu et raffiné. Le concept ici, est évidemment de convier les univers des deux artistes pour des compositions en commun, des expérimentations nouvelles et des remixes croisés pour un résultat réussi, intriguant et attachant. L'expérimentation sonore est la règle, mais jamais vainement, les titres en sortent renforcés d'une aura et d'une atmosphère captivante, rarement un album d' électronica se révèle aussi riche. Le split est construit de manière très méthodique et égalitaire : Virga se charge des 3 premiers titres dont un remix et Lunt des 3 derniers avec un remix également. Un morceaux commun et un interlude s'intercalent.
" Shining " qui ouvre le bal est une électro sophistiquée qui garde une apparence simple pour un effet innocemment addictif sans emprunter les gros sabots du genre. " Heliotrope " tend vers une subtile electroclash. " One Day ", l'un des morceaux phare de l'album de Lunt est ici remixé dans sa version démo 4 pistes, pour une relecture épurée et allongée.
" Hix " qui unit les deux compositeurs est une longue montée fusionnelle de guitares sur un beat électro dont le tempo s'emballe, entraînant la guitare dans un déchaînement de saturation et de larsen - une autre vision du mur du son : délicat et subtile !
Lunt de son côté ajoute de l'électro à ses guitares sophistiquées. " Geodesic " en est la parfaite illustration. " Stretched Meridian " avec ses mélodies de guitare en accords arpégés, rappellent parfois du Duritti Column.
Le remix de " Shining " étire et déconstruit le morceau, comme si, affranchi de la composition originale, le remixeur pouvait se concentrer sur l 'exploration de toutes les richesses et les multiples facettes de ce morceau magnifique. " Interlude " intrigue tant et si bien que David Lynch y trouverait une BO idéale pour ses prochains films - comme dans le reste de l'album d'ailleurs.
A éviter les jours de cafard, mais recommandé pour se désintoxiquer les oreilles après une trop longue exposition à la majorité de la surproduction actuelle.
Jean Baptiste

INDIEPOPROCKINDIEPOPROCK30-06-2004

Baxendall ou comment l'excellent label Unique Records réinvente et s'approprie le concept du split album. Ici, les influences et les sonorités des deux artistes, en l'occurrence Virga (aka Lionel Maraval) et Lunt (aka Gilles Deles), se mêlent et s'entrechoquent pour ne plus former qu'une seule véritable identité musicale qui s'épanouit tout au long de ces huit titres. Le perfectionnisme de Lionel Maraval côtoie l'esthétisme sonore de Gilles Deles dans un univers qui combine l'électro de Virga et les multiples directions musicales (post-rock, ambient, rock indé& ) qu'aime emprunter Lunt.
C'est Virga qui ouvre le bal avec l'excellent « Shining » dans lequel on retrouve les ambiances développées sur son premier opus « Eïdos », à savoir une électro chaude et prenante, avec ce talent pour faire d'un simple bruit récurrent une mélodie entêtante et envoûtante. Il est indéniable que l'électro de Virga a gagné en puissance et énergie, et ce n'est pas « Heliotrope » qui va démentir cette impression : à des passages ambients succèdent des moments plus intenses, bien aidé en celà par la guitare de Lunt. Le mélange des influences devient alors plus palpable, « Heliotrope » ayant quasiment la structure d'un morceau rock.
Si Lunt a apporté davantage d'énergie et de puissance dans l'électro de Virga, le second semble avoir apporté plus de douceur et de sérénité dans la musique du premier, impression confirmée par le remix beaucoup moins bruyant et dissonant de l'excellent « One Day » (disponible en version originale sur le premier album de Lunt). Lunt intensifie ainsi les sonorités électroniques sur « Geodesic » et « Stretched meridians » sans toutefois abandonner les guitares. Oubliée (momentanément) la dissonance chère à son premier album éponyme, les mélodies sont plus douces, plus sereines sur ces deux instrumentales et le mélange entre l'électro et les guitares est harmonieux, aidé par un glockenspiel malin. Ni totalement post-rock, ni vraiment électro, Lunt envoie balader toutes les étiquettes et crée un style personnel et apaisé.
Mais la véritable fusion entre les deux univers de Lunt et Virga prend véritablement toute son ampleur sur le phénoménal « Hix ». Aux beats et nappes électros se joint un riff de guitare accrocheur ; le morceau gagne alors progressivement en puissance pour finir en dissonance parfaitement contrôlée. On retrouve avec bonheur les points forts de Virga et Lunt qui parviennent à une osmose quasi-parfaite sur les six minutes que dure cette plage. On tient alors la véritable identité de ce qui pourrait devenir un groupe à part entière. Espérons maintenant que les aventures de ce duo pour l'instant temporaire se poursuive sur un nouvel album commun. Vivement la suite, s'il y en a une&
Laurent Delecroix

INFRATUNES (DMUTE)INFRATUNES (DMUTE)06-08-2004

Baxendall, ou la réunion des univers singuliers de deux prodiges du label Unique records, pour un split détonant. Huit titres: c'est Virga qui ouvre le bal. Son électronique tellurique et froide séduit d'emblée grâce au magnifique Shining, dans lequel la lumière perce entre couches sonores presque opaques et rythmiques lourdes d'une électro glaciale mais pas réfrigérante.
Heliotrope sort les guitares et trace son sillon expérimental certes, mais l'oreille s'acclimate progressivement à ces textures sonores ardues.
One Day est un remix de la demo 4 piste du titre présent sur le premier album de Lunt. Virga triture ce morceau chanté avec un plaisir palpable à coups de sonorités électroniques ondulatoires et rampantes, qui confèrent à un morceau déjà pas banal une nouvelle forme d'étrangeté.
A mi-parcours, Hix est le point de fusion magistral des deux univers: les guitares dissonantes de Lunt se confrontent aux beats rapides de Virga dans une lutte (fratricide?) qui progresse en une montée sonore explosive. Mais qu'on ne s'y trompe pas, la subtilité n'est jamais sacrifiée sur l'autel de l'exaspération sonore, sur Hix comme sur aucun des morceaux de ce split tout en finesse.
La pression se relâche ensuite grâce à la douceur étrange de l'interlude, porte d'entrée vers l'univers de Lunt. Celui-ci acoquine son goût pour les expérimentations (post) rock à des sonorités électroniques. Cela donne Geodesic, sublime morceau d'electronica organique à faire pâlir d'envie Four Tet, puis Stretched Meridians, perle de post rock rêveur. Pour clôre cet album, Lunt s'approprie le morceau d'ouverture de son compère pour une relecture magique de ce titre superbe, malaxé avec beaucoup d'ingéniosité.
Baxendall est la preuve que "expérimentation" ne rime pas forcément avec "abscon".
Un grand album que nous offre l'excellent label Unique records. Maguelone

PREMONITION

Virga et Lunt, les projets de deux musiciens solitaires, Lionel Maraval (Virga) et Gilles Deles (Lunt), s’offrent un split CD pour rompre la monotonie et parcourir un bout de chemin en bonne compagnie. Chacun intervient chez l’autre par remix interposé, et une véritable collaboration s’installe le temps d’un Hix où les guitares de l’un (Lunt) et les beats de l’autre (Virga) donnent à cette production "splittée" des allures de travail en commun. Sur le trajet de ce voyage à deux, on rencontre tour à tour des références et des clins d’œil à Micro:mega ainsi qu’aux productions du label canadien Constellation (Stretched Meridians). Le très réussi Shining qui ouvre et clôture ce disque amorce une hypnose des plus envahissantes : aux boucles électroniques et aux ambiances raffinées qui ne sont pas sans rappeler les travaux des frères Humberstone sur leur projet Les Jumeaux, s’ajoute un percutant et martial glockenspiel. Puis sur Heliotrope, Virga crée la tension et l’énergie à partir de ses machines, comme un savant fou essayant de créer la vie dans ses éprouvettes. Lequel savant insuffle un peu de mystère au One Day de Lunt avec un remix aux allures de fin du monde. Seul rayon de soleil dans ce laboratoire mal éclairé, le superbe Geodesic de Lunt, tout en guitares et finesse, parviendra à calmer les tempêtes expérimentales créées par son compagnon de route. Ce split CD sonne comme l’album instrumental d’un seul et même artiste tant les productions des deux artistes sont complémentaires, et on leur conseille de recommencer. Après tout, Virga & Lunt, c’est un bon nom de groupe.
Bertrand Hamonou

POPNEWS

"Beats oppressants contre guita étrange. Deux groupes post-quelque chose qui jouent à se (nous) faire peur sur ce split album original." c'est comme ça que le réceptionniste, webmaster, homme à tout faire et chef de POPnews m'avait décrit le projet de ce split album entre deux des fers de lance du label toulousain Unique Records. Autant dire que j'étais g‰té et que je m'attendais à quelque chose, sinon d'exceptionnel, du moins d'unique (je sais elle est facile, mais je n'ai jamais su résister à la facilité). C'est donc tout guilleret, les oreilles aux aguets que je me lançais dans l'écoute de ce disque pas joyeux, mais intrigant. La confrontation des univers de ces deux artistes conduira-t-elle au clash ou à l'osmose ?re > Au départ tout est parfaitement délimité : Virga démarre, rejoint par Lunt qui enchaîne sans problème dans cette course de relais d'un nouveau genre. D'expérimentations d'apprenti chimiste (on n'est quand même pas chez des prix Nobel du genre) en manipulations génético-rythmiques déjà vues ailleurs mais très bien exécutées, chacun creuse son sillon de son côté. Et à ce jeu là, c'est Lunt qui s'en tire le mieux. Nettement moins boursouflés que ceux de Virga, ses trois morceaux défilent, s'installent, invitent à la contemplation. En fermant les yeux, j'arrive presque à penser à Durutti Column. Et puis c'est le retour de "Shining" un titre de Virga qui ouvrait l'album. Remixé par Lunt il prend une nouvelle dimension, étiré, spatial, remodelé, c'est nettement mieux. Je me demande même si ce n'est pas le meilleur titre du split album. De circonvolutions en figures compliquées, le rythme se prend et l'on s'éprend. Oui, c'est bien ici que l'osmose entre les deux se fait enfin. Et, croyez moi, ça fonctionne... Allez, encore un effort et il se pourrait que leur prochaine collaboration paye vraiment.
Gildas

M LA MUSIC

Regroupés autour du label Unique records, Gilles Deles et Lionel Maraval, officiant respectivement sous les noms de Lunt et Virga, se retrouvent pour le projet "Baxendall" dans lequel ils mettent dans le même pot leurs univers communs pour un album sombre et puissant.
Entre guitares électriques et expérimentations, le temps de huit titres, ils tissent une musique étrange et plutôt séduisante.
C’est sur trois compositions énergiques signés Virga que démarre l’album avec un savant mélanges entre boites à rythmes, samples et guitares saturées. Cette fusion se révèle ici très inspirée avec des titres tendus, des sonorités industrielles qui vous baignent dans une ambiance post-apocalyptique du meilleur effet.
Le quatrième titre, né du travail commun des deux musiciens, ("Hix") qui se veut peut-être plus proche de l’univers de Virga que de Lunt nous donne à entendre un morceau hypnotique fait de guitares distordues et d’un beat frénétique ralenti vers la fin.
La suite de l’album est signée Lunt que l’on retrouve ici sur des morceaux moins expérimentaux que sur l’album "Broken words and lost answers" (sur la structure Hitomi Records) et qui donnent un aspect plus serein au disque. Entre post-rock, ambient, minimal et expérimental, Lunt offre trois titres lumineux qui se présente comme le pendant inverse de Virga avec des tonalités changeantes selon les morceaux.
Enfin, le disque se termine par un second travail en commun (après "Hix") de Virga et Lunt ("Shining") dans lequel la fusion entre les deux univers tourne à l’avantage de Virga dont les sonorités lourdes et épaisses prennent le pas sur les douceurs signées Lunt. Pour un résultat qui n’en est pas moins mauvais.
Plus qu’une réelle nouveauté, ce split LP est l’occasion de découvrir, si besoin était, deux artistes aux univers parallèles et qui se révèlent ici assez complémentaires par certains aspects de leurs musiques.
Benoît Richard
©credit

FF | IE | Chromeyisahn.com   2011-2022