news
artistes
catalogue
tours
médias
shop
contacts
les 10ans

votre panier est vide

radio

Ruines nouvelles
LE FLEGMATIC
Ruines nouvelles
Fi Dam
ZALFA
Fi Dam
Stances
MELATONINE
Stances

newsletter...

partager...

The Tremens Archive
subdivision expérimentale du label
Le blog We Are Unique Records
par les membres du label
Devenez
membre bienfaiteur du label
ANGIL AND THE HIDDENTRACKS
matter
CD
5.00 €3.00 €

ANGIL AND THE HIDDENTRACKS

matter

UR10 - 2005, creative commons nc nd

1the 60's
2gemini
3Jim Putnam
4John Wayne
Ce EP 4 titres d'Angil est la suite logique de l'album Teaser for : matter. Cherchant toujours à repousser les limites du jeu avec la matière musicale et les codes de l'écriture artistique, Angil a " recomposé " 4 chansons inédites en se basant sur des rythmiques (batteries et basses) déjà existantes sur l'album. On pourrait donc parler d'auto-remixes, en quelque sorte. Adressé d'abord en cadeau aux inscrits de la liste de soutien d'ANGIL, la Hidden List, ce EP est ensuite sorti sur le label.

téléchargements

gemini

revue de presse

pushlines

Jean Daniel Beauvallet - Les Inrockuptibles (Juillet 2005)Jean Daniel Beauvallet - Les Inrockuptibles (Juillet 2005)

Angil refond ses chansons en trafiquant leurs rythmes et leurs structures. Plus que des remixes, des impressions, des discussions sur thèmes libres. Le Stéphanois laisse ainsi ses chansons se putréfier, pour rebâtir sur ces amas de chairs et de nerfs de nouveaux corps, de nouvelles têtes.

INFRATUNES (DMUTE)INFRATUNES (DMUTE)

Il y a quelque chose de délicatement ludique et léger dans l’approche musicale de Mickaël Mottet, qui n’est pas contradictoire avec cette mélancolie, qui perce notamment, indéfectiblement, dans sa voix. Cette forme de jeu musical est sensible dans l’idée même de ce disque : format de poche pour des relectures à contraintes : accords mineurs devenus accords majeurs et vice-versa… Les nouveaux morceaux se démarquent singulièrement de leurs originaux, et peuvent être appréciés comme des recréations inspirées plus que comme des déclinaisons. Demeure ce sens inné de l’alliance ouvragée entre arrangements grisants et vague à l’âme tranquille qui fait des merveilles à nouveau et confirme tout le bien que l’on pense de ce musicien.

POPNEWSPOPNEWS

Les différents traitements se succèdent au cours des quatre titres, mais le ressenti est le même : Angil est toujours doté de cette faculté à bâtir des mélodies qui touchent, à créer des climats et des atmosphères enveloppants. Avec notamment, un travail remarquable de précision au niveau des voix.

chroniques

LES INROCKUPTIBLES du 27 Juillet 2005 #504-505-506LES INROCKUPTIBLES du 27 Juillet 2005 #504-505-506

Angil refond ses chansons en trafiquant leurs rythmes et leurs structures.
Ca ne sautait pas aux oreilles en écoutant les folk-songs érudites et turbulentes de son album Teaser for : matter, mais Mickael Mottet, l’homme seul d’Angil, avait envisagé « des rythmiques hip-hop ». Il parle ainsi de « la grosse caisse chez Danger Mouse ou Aesop Rock, utilisée comme un moyen d’appel aux instincts… » Plus loin, dans la lettre d’intention accompagnant ces quatre autoremixes, il évoque aussi les percussions de Destiny’s Child, Kelis ou Missy Elliott…Curieuse collision de deux mondes que l’on pensait séparés par tout, un peu comme apercevoir un jour Beyoncé au bras de Will Oldham. On a ainsi parfois des amis intimes qui ne se connaissent pas, qui ne se croiseront jamais, chacun réservé à des moments précis : Angil les rassemble pourtant sur ce très curieux exercice où, pour en avoir reconstruit les rythmiques, il modifie aussi les structures et paroles de quatre de ses chansons. Plus que des remixes, des impressions, des discussions sur thèmes libres. Le Stéphanois laisse ainsi ses chansons se putréfier, pour rebâtir sur ces amas de chairs et de nerfs de nouveaux corps, de nouvelles têtes. Pour féliciter cette décomposition, chantons en cœur : allez les vers.
JD Beauvallet

A DECOUVRIR ABSOLUMENT A DECOUVRIR ABSOLUMENT

D'un concept pouvant virer au fumeux et à l'autosatisfaction de son image dans le miroir, Angil réalise le média nouveau, le remix nouvelle génération, le piratage de sa production à des fins révélatrices. En passant des chemins autres, avec une signalisation chamboulée, Angil révèle ces chansons à ceux qui pouvaient encore douter du bien-fondé de notre intérêt plus que marqué pour le Stéphanois. Angil peut bien passer à la moulinette de beck le formidable 1, ou encore reprendre les choses où pavement les avaient commencé (2), il en ressort toujours avec le sentiment de donner à son idée de départ des branches que seul un tronc solide pourrait supporter. Changeant les mots et les rythmes, tout est appelé (quand il demande un cello, le cello arrive) tout est accueilli avec un sens du savoir-vivre et de la réception rare. Angil ne s'ouvre pas d'horizon avec ce disque, il affirme juste que le présent ne sera toujours chez lui un temps figé, il y vivra, plaçant les bases de son inspiration et de sa création, dans un nouveau tourbillon créateur lui-même….Et ainsi de suite. Angil une fusion à la douceur d'une caresse chaude.
Gdo

INFRATUNES (DMUTE)INFRATUNES (DMUTE)

Angil nous revient , un an après la sortie de Teaser For : Matter, qui nous trotte encore dans la tête, avec quelques morceaux auxquels il a choisi d’offrir une seconde vie parallèle, plus confidentielle aussi, honorant une jolie initiative : c’est en effet comme cadeau aux adhérents de sa Hidden list (petite communauté favorisant les interactions entre le groupe et le public), qu’ est proposé ce Matter, mini-cd ( au sens propre) réunissant 4 « auto-remixes » créés à partir de morceaux figurant sur le premier album. Une occasion de redécouvrir sous un autre jour, quelques uns des bijoux de ce disque. Et pour les néophytes, l’occasion d’un premier contact privilégié avec le monde particulièrement attachant d’Angil.

Il y a quelque chose de délicatement ludique et léger dans l’approche musicale de Mickaël Mottet, qui n’est pas contradictoire avec cette mélancolie, qui perce notamment, indéfectiblement, dans sa voix. Cette forme de jeu musical est sensible dans l’idée même de ce disque : format de poche pour des relectures à contraintes : accords mineurs devenus accords majeurs et vice-versa… Angil s’est semble-t-il amusé, ne gardant que l’ossature rythmique des morceaux et quelques arrangements, a réécrit des paroles, si bien que les nouveaux morceaux se démarquent singulièrement de leurs originaux, et peuvent être appréciés comme des recréations inspirées plus que comme des déclinaisons. Demeure ce sens inné de l’alliance ouvragée entre arrangements grisants et vague à l’âme tranquille qui fait des merveilles à nouveau et confirme tout le bien que l’on pense de ce musicien.

On conseillera également l’écoute du single Beginning of the fall, deuxième cadeau. Ce titre phare de l’album, ici légèrement remanié, est agrémenté d’un morceau uniquement joué live, le très touchant My time waiting, qui égrène sa mélancolie lancinante, soulignée du frottement d’un beat discret, soutenue par des chœurs et l’échappée belle d’un saxophone arrangé en couches superposées, pour un final jazz. Troisième titre, If I stumbled? , morceau doux-amer où la douceur cohabite délicieusement avec de lointaines dissonances.

Grâce à ce système de Hidden List, Angil permet aux auditeurs de découvrir quelques recoins intimes de son univers musical. Et nous prouve au passage, mais on le savait déjà, qu’il est un façonneur de talent de cette matière folk pop qu’il travaille avec gourmandise, comme en attestent ces impeccables morceaux.
Imogen

POPNEWSPOPNEWS

Mais, plus encore que ce premier single déjà très bon en soi, le second disque, "Matter", est époustouflant de maîtrise. Angil y étale son talent de faiseur de mélodies en déstructurant les chansons de son dernier album, en s'auto-samplant, en partant d'un rythme, d'une ligne de basse pour en tirer la structure des nouveaux morceaux. "The 60's" est une longue promenade en compagnie des choeurs de "No more guitars", "Gemini" explose la nonchalence de "Dolaytrim", "Jim Putman" est un délice absolu de trois minutes et "John Wayne" ferme le disque bercé par sa ligne de basse et ses choeurs enivrants.
Les différents traitements se succèdent au cours des quatre titres, mais le ressenti est le même : Angil est toujours doté de cette faculté à bâtir des mélodies qui touchent, à créer des climats et des atmosphères enveloppants. Avec notamment, un travail remarquable de précision au niveau des voix.
Ces disques sont deux réussites de plus à mettre à l'actif de Mickaël Mottet, qui n'en finit plus d'impressionner à chaque nouvelle sortie. Bientôt la consécration ?
"- Et la sonnerie de portable ?"
"- Bon, t'es gentil Pascal, ton deuxième jacuzzi, il attendra bien l'année prochaine hein !"

Rodérick

©credit

FF | IE | Chromeyisahn.com   2011-2019