news
artistes
catalogue
tours
médias
shop
contacts
les 10ans

votre panier est vide

radio

S.W.E.A.T.
RAYMONDE HOWARD
S.W.E.A.T.
15 Light Years of Star Dust - the Unreleased Face of We Are Unique!
Various artists
15 Light Years of Star Dust - the Unreleased Face of We Are Unique!
Bouleversement Majeur
LE FLEGMATIC
Bouleversement Majeur
LE FLEGMATIC
05-07-2017 : Albi, Café de la Préf / festival Pause-Guitare +Bar-bar
08-07-2017 : Saint Etienne, festival Rochefest
MELATONINE
31-05-2017 : Metz, La Chaouée
23-09-2017 : Nantes, Le Cinématographe
25-09-2017 : Paris, le Pop-in
RAYMONDE HOWARD
01-06-2017 : Lyon, le Sonic
07-06-2017 : Saint Etienne, Ateliers Morse
10-06-2017 : Metz, Tcrm-Blida

newsletter...

partager...

The Tremens Archive
subdivision expérimentale du label
Le blog We Are Unique Records
par les membres du label
Devenez
membre bienfaiteur du label
affichage de 1 sur 1
samedi 18 février 2012

RETOUR VERS LE FUTUR #1

Retour sur quelques papiers marquants...

Bienvenue sur cette page spéciale consacrée aux 10 ans de notre label. Vous y trouverez toutes les infos sur la sortie très attendue du coffret 4 CDs qui célèbrera cet anniversaire, ainsi que sur les soirées spéciales que nous comptons organiser en France pour fêter tout cela.
Mais nous avons voulu aussi en profiter pour faire quelques retours en arrière sur ces années écoulées, donner la parole à nos artistes, à des amis...bref vous offrir plus afin de marquer le coup.
Premier article, par le boss du label Gérald, qui vous offre un retour en arrière sur des articles et interviews marquants, du plus récent au plus ancien....

Première partie : 2012-2007

NOVEMBRE-DECEMBRE 2011

On commence avec le récent numéro sur les labels indés français dans le numéro d'octobre 2011 de TSUGI, dont on salue le geste : c'est le seul magazine français a avoir osé mettre tous ces labels managers français en couverture (une double en plus car sinon ça rentrait pas) !!! Il fallait oser ! Bon je n'ai pas pu me rendre à Paris pour la photo, donc c'est Gilles aka Lunt, avec qui j'ai fondé ce label, qui nous a représenté (à vous de le trouver sur la photo) ! Ce sera probablement la seule couverture de magazine où l'on apparaîtra ! (j'aimerais me tromper, mais je sais rester lucide ;)

tsugi couv

J'aime beaucoup les quelques lignes que j'ai écrites, je trouve que pour une fois j'ai très bien résumé nos actions (en plus une de me phrases s'est retrouvée propulsée par une mise en avant par la rédaction du magazine). Il fallait répondre à l'unique question posée par le magazine : "Pourquoi un label en 2011?"
Sinon beaucoup d'autres labels managers ont eu des réponses très intéressantes, mais ma préférée est celle de Julien de Clapping Music. Je me sens très proche de sa vision des choses. Déjà j'avais lu un article/interview de lui sur un article de Voxpop sur les labels indés français (où nous n'avions cette fois ci pas été conviés) où il parlait de l'alternance des phases d'euphorie et de dépression lorsqu'on gère un label...et bien c'est totalement ça.

tsugi_article



Dans le même esprit, le gratuit parisien A NOUS PARIS nous contacte en Décembre 2011, car ils font un article sur les labels indés français. Une douzaine de labels est mise en avant, ça fait toujours plaisir que les gens pensent à nous, ce n'est pas toujours le cas...je pense notamment à cet article dans Voxpop (merci à toi Jean Vic Chapus) et Noise magazine qui régulièrement snobe toutes nos sorties (une seule chronique après tant de sorties! Merci à toi Olivier Drago).

A nous paris 1


a nous paris 2


FEVRIER 2011

Depuis la nouvelle formule des inrocks, des décrochages sont fait régulièrement dans les grandes villes. En ce début d'année 2011, JD me contacte et me dit qu'un numéro spécial Toulouse est en préparation, et qu'ils veulent parler du label. C'est le local du magazine, l'excellent Jérôme Provençal qui s'y colle. On s'échange quelques infos par mail et téléphone, on se capte dans un bar et c'est bien sympa parceque ça faisait un bail que j'avais pas vu Jérôme. Un samedi matin, je retrouve Renaud Montfourny, le grand photographe du magazine, pour une session photo dans les rues de la ville. Je suis le seul à poser devant un mur de brique rose, et oui moi je suis un vrai ! Au final, le numéro sort 23 février, et je me retrouve dans les personnalités sans qui la ville ne serait pas la même. Tant d'égard, ça me touche beaucoup. Et je vous rassure, c'est pas pour autant qu'on m'arrête dans la ville pour signer des autographes... ou qu'à la région Midi-pyrénées on se décide enfin à nous donner quelques subventions pour la FLIM (notre fédération des labels Indés de Midi-pyrénées). Pour l'anecdote, le jeudi 24 février, les inrocks font une rencontre-table ronde à la fac de l'Arsenal, avec JD et Serge Kaganski. J'en profite pour y aller voir JD, ça fait bien plaisir de le voir, et de le remercier pour tout ça. Le soir JD mixe à une soirée concerts en ville, mais je n'y vais pas, car ma compagne est presque à terme. Et j'ai bien fait, car dans la soirée elle perdait les eaux, et au beau matin du vendredi 25 Février, je devenais père pour la première fois avec l'arrivée de mon fils Yaël...

inrocks_toulouse



ETE 2010


Parce qu'il n'y a pas que la presse nationale qui compte, la presse régionale est très importante aussi. A Toulouse, le mensuel gratuit INTRA MUROS me contacte avant l'été 2010 pour mettre en avant le label, j'en profite alors pour parler de notre offre de membres bienfaiteurs que nous venons alors de lancer. Egalement l'ami Yves Gabay de La Dépèche nous fait un petit article dans le journal (qui est en fait une légère réutilisation de son article-interview de 2006 dans le journal pour les 5 ans du label, ce n'est pas grave, c'est l'intention qui compte, sauf que ma photo date un peu vu que c'est celle de 2006 aussi...) pour mettre en avant notre offre de membres bienfaiteurs.
Et puis en local, c'est souvent plus dur de se faire connaître, il n'y a pas beaucoup de presse, et donc je pense qu'il y a vraiment peu de toulousains qui connaissent notre label...et ça m'attriste un peu, car il faut bien le reconnaître, si j'ai créé ce label, c'est aussi pour démontrer qu'à Toulouse, on peut faire exister de la musique indie, et qu'il n'y a pas que la musique festive et consors qui a pignon sur rue ! Et si j'ai eu cette idée folle, c'est aussi parceque Diabologum nous avait montré la voie ! D'ailleurs, Michel (Cloup) continue à nous la montrer, avec notamment son dernier album solo magnifique et tout ça autoproduit sur son propre label. Respect.

la dépèche
intramuros

JUIN 2010

Très Bel interview croisé de moi, Gilles et Mickaël, par Guy Darol de la Revue des Ressources, excellent magazine culturel. Depuis cet interview, je n'ai plus jamais eu de nouvelles de Guy, alors qu'il a pourtant écrit des mots superbes sur notre travail ("We Are Unique ! Records nest pas un bizness, cest une effervescence. Ils ne cassent pas la baraque. Ils élèvent jour après jour une cathédrale")....alors je lance ici un appel : Guy, mais pourquoi tu ne réponds plus à mes mails et ni à nos envois promos ????

RdR



AVRIL 2010

Lorsque nous sortons presque 10 ans après son premier disque (et première référence du label) le nouvel album de Lunt, nous ne croulons malheureusement pas sous les chroniques et papiers en tout genre pour l'album. Et pourtant, c'est probablement comme certains l'ont écrit, l'une des meilleures sorties du label. Heureusement, l'un de nos plus fidèle supporter, l'immense JD Beauvallet (des Inrocks pour les incultes) écrit une magnifique chronique qui capte très bien le disque et écrit l'un des plus beaux compliments jamais écrit sur notre label, je cite : "le passionnant label (we are) unique records, l'une des écuries françaises les plus cohérentes et pourtant imprévisibles depuis les regrettés Lithium (leur modèle économique est également exemplaire)"
Après ça, même si on ne vend toujours pas beaucoup de disques, et qu'on galère pour faire exister nos projets, et bien on s'en fout, on est juste content et heureux du travail accompli et de cette marque de reconnaissance qu'on gardera avec nous pour toujours.
lun

MARS 2010


Lorsque Bayon m'appelle sur mon téléphone portable un beau matin de février 2010, je crois tout d'abord que c'est une plaisanterie, que quelqu'un me fait une blague. Après discussion, c'est bel et bien le vrai Bayon que j'ai au bout du fil, et il a vraiment eu un coup de coeur énorme pour notre nouvelle signature, Raymonde Howard. Il veut donc faire un papier et interview de Laetitia Fournier (qui se cache derrière le pseudo de Raymonde Howard donc). Je les mets en relation. Je lui envoie aussi le premier album autoproduit de Raymonde qu'il souhaite aussi écouter. Je me dis qu'au final, on aura une jolie petite chronique de quelques lignes dans Libé, donc une première pour nous car on a jamais eu de papier dans le journal. Cela suffit à notre bonheur, et on est rassuré pour la promo du disque. En effet, on est toujours inquiet lorsqu'on sort le premier album d'un artiste qu'on vient de signer. On ne sait jamais comment la presse, les radios et le public vont accueillir le groupe. On a beau être persuadé que le groupe et l'album méritent un succès fou, on est souvent (toujours) déçu de l'accueil au final (et je ne parle même pas des ventes). Le jour où l'article est publié (Bayon nous prévient la veille), je m'arrête à mon bureau de tabac pour acheter le journal. Je feuillète en partant de la fin, en cherchant la petite chronique, et je ne trouve pas, je me dis qu'au final la rédaction a du décaler l'article à un autre jour, car il y avait sûrement d'autres choses plus importantes à couvrir... et puis j'arrive au milieu, et là, double page énorme sur Raymonde, un article chronique fleuve dans le plus pur style bayonesque, une photo de presse gigantesque, un interview sur une page, bref du lourd. J'ai failli tomber dans les vaps. Franchement, je n'y croyais pas. Cet article a été un véritable détonnateur pour Raymonde, et pour le label aussi, le disque a récolté une pluie de louange partout ailleurs, Bernard Lenoir invita même le groupe en black session (une première aussi pour un groupe du label)...bref du jamais vu pour un premier album au sein du label. Malheureusement, depuis cet article, Bayon ne semble pas avoir accroché aux autres sorties du label (Lunt, Angil, Half Asleep ou Ichliebelove) et c'est bien dommage.
libé



DECEMBRE 2009


Les temps changent. Désormais, nombreux sont ceux qui n'achètent plus de disques, et qui se contentent d'écouter la musique en streaming sur le web. Plus besoin de cds (combien de disques avons nous retrouvés ces dernières années dans les rues, près des poubelles?), pas besoin d'Ipod, tout est en ligne (enfin presque, faut pas rêver aussi...). Le site où tout le monde est, c'est Deezer. Certains labels indés que je connais refuse que leurs disques y soient, car ils estiment que ça ne rapporte rien, et c'est vrai : des milliers d'écoutes de vos titres ne rapportent que quelques dizaines d'euros au label. Mais nous, nos albums y sont. Je ne consièdere pas que le streaming soit responsable de la chute des ventes de disques. A notre échelle de petit label indé, je pense qu'il s'agit d'un bon moyen de promotion pour faire découvrir nos artistes  et notre musique à un plus grand nombre. D'ailleurs en 2009, l'équipe de Deezer sélectionnera dans les meilleurs albums francophone de l'année,  "des étoiles plein les yeux" de 0°. C'est pas fréquent que les gens pensent à nous pour les tops de fin d'année, alors quand ça arrive on est content. Et cette sélection aura apporté une belle visibilité à l'album sur la toile, et ses ventes numériques et streaming continuent toujours, plus de deux ans après sa sortie. CQFD.
deezer


AOUT 2009


En 2009, on a sorti l'album de JERRI, collaboration entre Angil et Deschannel, vraie fausse suite à l'album The John Venture. Jerri, ou probablement l'un des meilleurs disques sorti par le label (le meilleur d'après mon coéquipier Gilles Deles-Lunt). Le groupe donna aussi de très bon concerts, et reçu également d'excellentes chroniques, notamment une magnifique par l'ami JD aux Inrocks.
Toutefois, je ne résiste pas à l'envie de mettre en avant cette vidéo/live/interview du groupe disponible sur Youtube, réalisée par les gens de Novorama, pour ne dire qu'une seule chose : Mike, non mais alors, tu t'es vu quand t'as bu ? Mdr ;D
3 ans après, je suis toujours autant mort de rire quand je vois cet interview. Vivement la suite avec ce deuxième album de Jerri, en cours de préparation...
youtube

SEPTEMBRE 2008

En 2008, Les Inrocks essayent de lancer  un nouveau magazine, VOLUME, mensuel, uniquement autour de la musique. Tout le monde se dit, ça y est, on va retrouver notre bon vieux mensuel dès début, avec plein de belles rencontres, des articles fleuves, des chroniques à gogo...malheureusement, le magazine ressemble plus à un copier coller de morceaux des Inrocks, donc assez frustrant pour ceux qui lisent déjà le magazine. Volume ne durera pas longtemps. Le monde de la presse est aussi rude que le monde du disque...
En septembre, JD me met en relation avec un de leur journaliste qui doit faire un article sur la crise du disque chez les labels indépendants, et après un long échange par téléphone, je me retrouve entre Fargo et Because Music. Cherchez l'intrus... Avec le recul, je me dis que de tous les labels cités dans cet article, c'était bien nous les plus mal barrés... et malgré tout, on est encore là ! (oui mais à quel prix ! et quels efforts pour survivre....). Je me dis aussi que l'espoir suscité chez nous par la signature de la licence pour Oulipo Saliva chez Chemikal Underground aura été de courte durée. CU aura bien galéré, et les ventes les auront déçu, et nous aussi. Et au final, cette licence ne nous aura pas apporté un centime, et nous aura même coûté de l'argent (enfin à moi, pour la tournée du groupe en Amérique)...le point positif quand même : une bien belle rencontre avec ces écossais, des gens humbles, charmants, que nous continuons à suivre discographiquement. Un vrai label indé.
volume
volume2



AVRIL 2008


En avril 2008, je suis en pleine promo de l'album d'Imagho "Inside Looking Out" et de B R OAD WAY que nous co-produisons avec Jarring Effect et 6AM. Au magazine TRAX, on a jamais eu de faveur de la rédaction : nos prods sont pas assez électro et lorsqu'on sortait vraiment de l'électro (Virga, Baka!, King Kong Was A Cat...), ça devait être bien trop barré pour eux. Mais là, Damien Almira, qui suit notre label depuis les débuts (il chroniqua nos sorties du début, sur EPOK, feu magazine de la Fnac...) y a intégré l'équipe et me propose de faire un interview de moi pour mettre en avant le label. Quelques questions échangés par mail, j'essaye de faire court, car il a peu de place. Vous avez mes réponses ici disponibles sur ce PDF. Et ci dessous, ce qu'il en a été gardé...Quand je vois tous l'espace pris sur la page pour mettre en avant ce tocard de M83 (et oui sa musique ne vaut rien, même les ascenceurs méritent mieux) avec un papier sans interêt, et mon interview coupé et réduit à quelques mots dilués en bas de page, j'ai mal, même plusieurs années après. Mais je n'en veux surtout pas à Damien, je sais très bien qu'il a fait au mieux avec la liberté et l'espace qu'on lui avait attribué. D'ailleurs, je me demande ce que Damien est devenu, où il bosse désormais...

trax

2007

Une grande année pour le label. Pour moi cette année là, nous avons sorti deux des meilleurs albums du label, à savoir "Décembre est un samedi" de Melatonine, l'un des meilleurs albums de postrock de tout le temps, et "Oulipo Saliva" de Angil& The Hiddentracks, qui est un chef d'oeuvre d'album concept, qui restera inégalé dans ce pays et dans le monde. Que ceux qui ne sont pas d'accord ou trouvent que j'exagère aillent se faire foutre et s'achètent des oreilles. Le temps parlera pour nous, et on en reparlera dans une vingtaine d'année.
Donc cette année, de superbes chroniques pour Melatonine, dont une belle première pour nous dans Magic avec une mise en avant comme l'un des disques du mois dans Magic (la deuxième, c'était récement pour Ichliebelove) et une des rares chroniques de nos disques dans Rocksound...je ne retrouves plus les scans des articles, mais tout est à lire ici.
Pour Angil, Les Inrocks accorderont au disque une superbe mise en avant, avec un article/chronique d'une page par l'excellent Richard Robert (désormais à la direction de l'excellentissime webzine L'oreille absolue), et une place dans les 100 meilleures chansons de l'année, et parmi les 5 albums français de l'année (dans leur participation au classement européen pour ListentoEurope). Un bel article/interview dans Longueur d'ondes aussi (c'est rare pour nous en général on ne doit se contenter que de chroniques dans le magazine, on a pas de sous pour se payer d'encart), le deuxième pour un artiste du label, après celui sur John Venture un an plus tôt. Enfin, une place sur le sampler de Rock'n'folk, mais sans chronique dans le magazine, oh faut pas abuser non plus ! Dommage, cela aurait été une première pour le label, d'avoir une chronique dans Rock'n'folk !!! Ah Philippe Manoeuvre, t'es trop occupé à faire le mariole à la télé, tu devrais écouter plus de disques (si possible sortis après 1969)
Bref 2007, l'année la plus faste du label et que des bons souvenirs.

oulipo inrocks
bilan inrocks
listentoeurope
LO
rokcnfolke



La suite, 2006-2001, dans un prochain épisode !!!

Gérald Guibaud
Label Manager.


affichage de 1 sur 1
©credit

FF | IE | Chromeyisahn.com   2011-2017